Les aléas psychologiques d'un étudiant

Aller en bas

Les aléas psychologiques d'un étudiant

Message  Klev le 08.09.14 19:02

« Cher journal, »

Je suis un nouvel étudiant en faculté.

Première journée de la semaine de découverte…

Tout allait bien, même si la dame qui présentait la formation et gère certains cours d'anglais déteste les ordinateurs et le défend avec des arguments qui sonnent a des oreilles comme des excuses pour ne pas envisager la nouveauté qui lui fait peur, souvent représenté sous les traits d'un Windows laid a en tomber.

Les étudiants avec moi étaient sympathiques.

Toujours sympathiques.
Pourquoi d'ailleurs ?

Ils semblent avoir compris qu'il est bon de se rapprocher des autres pour profiter de leur connaissances. Est-ce un mal ? Je ne pense pas.
Ça peut être créateur d'hypocrisie. Et ça c'est un mal. Mais bon.

En fin de journée, vint un test de culture générale.

Ce que je pense d'un test de culture général avant ?
Que ça va être amusant.
Ce que j'en pense pendant ? Que ces questions sont élitistes. Même celles qui parlent d’orthographe et où je me débrouille pas mal.

En fait je me sens mal.

Je hais l'élitisme. Je le brulerais volontiers comme on a brulé mes frères.
L'élitisme est a la science ce que la fermeture est a l'idée.

Ce que j'en pense après ?

L'élitisme, je l’écraserais bien sous mes écrits.
Même si quand je ne suis avec lui sur des domaines que je connais il ne me dérange pas.
L'élitisme est une maladie dangereuse et contagieuse.
L'élitisme me fait peur, flatte et écrase l’orgueil des hommes.

Pourquoi l'élitisme me dérange tant ? Par ce qu'il est mal, mais au delà de ça ce qui fait que je le perçois, c'est que j'ai très tôt eu a le supporter.
Il y a deux jours je ne savais pas faire mes lacets, voyez vous.


L'élitisme est dans l’orthographe. Dans le scientifique qui se fiche de vous par ce que vous n'avez pas le même grade.
Il pervertit les hommes. Il est facile.

Et moi je suis en colère.
Je subis l'élitisme. Un test amusant est une humiliation pour d'autres, pour moi. Il sème le doute.
On mesure les gens. Par des tests.
Élitisme.
Étroitesse de jugement.

Connerie.

« Au-revoir, journal »

_____________________
Imagine all I'll learn by setting it free…
…and what doors might open if I try to use it…
…but the magic's what I really want to see.

Klev aimerait bien voir fini le projet archangel afin qu'il puisse être heureux sur GDLP.

Klev
Admin

Emploi/Loisirs : Administrateur en torpeur.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les aléas psychologiques d'un étudiant

Message  Yoendel le 08.09.14 19:52

Cher Klev,

Ce résumé est intéressant. Je t'enjoins à continuer de temps en temps.

Ton Journal.

_____________________
"On ne voit bien qu'avec le cœur: l'essentiel est invisible pour les yeux." le renard, A de St Exupéry.
"Qu'est-ce que signifie «apprivoiser»? dit le Petit prince.
-C'est une chose trop oubliée, dit le renard. Ca signifie «créer des liens...»"
http://www3.sympatico.ca/gaston.ringuelet/lepetitprince/chapitre21.html
"eux veulent me forcer à parler pour ne rien dire, alors je ne dis rien pour parler."
"Il ne faut pas mettre les gens dans des petites cases ; c'est un signe de confusion mentale, mon chou !" les Chants de la Mallorée
"Point de monde sans hasard... point de hasard sans monde... la boucle est bouclée" Alexandra.
"et si notre monde avait 3 coordonnées temporelles pour une spatiale ?"
avatar
Yoendel

Humeur : variable... dérivable... et même C-infinie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les aléas psychologiques d'un étudiant

Message  Klev le 16.11.14 16:52

Cher journal,

Cela va faire depuis jeudi après midi que j'essaye de me mettre sur une fiche de lecture. J'ai commencé a travailler dessus effectivement vendredi, tout en ne résistant pas a regarder des épisodes de Kaamelott. Hier, j'ai travaillé un peu en écoutant une saga Mp3.

Je n'arrive pas a trouver la volonté de travailler là dessus. A passer les difficultés liés a la flemme.

Je me sens énervé contre le fait de devoir faire des fiches de lectures qui ne rendent pas compte de nos compétences. Mais je suis aussi énervé de devoir travailler, et ça je le sais. Plus précisément, énervé par ce que je ne veux pas travailler.

Je crois que je n'ai pas assez dormi ces dernières semaines.

Je crois que la motivation a réussir me manque, actuellement. Pourtant je dois faire cette fiche pour mardi, et je ne veux pas ne pas aller en cours demain… Ou alors, pas par ce que je n'aurais pas fait la fiche de lecture, mais bien par motivation a ne pas y aller.

Je ne ressens pas l'utilité de travailler.

Je ressens l'envie de ne rien faire. Mais ne rien faire est ennuyant. Une part de moi voudrait pouvoir s'arrêter pour pleurer et tout reprendre a zéro pour changer certains des paramètres de ma vie. Ma petite vie personnelle si humble et si unique qu'elle en est in-significative à l'échelle de la globalité.

Pourquoi, journal, je dois ?

J'aimerais ne rien devoir… J'aimerais l'innocence, la simplicité, le respect. Le jeu, le juste retour, la non-insistance… Le respect. Le non abus de conditions de supériorité…

Pourquoi, journal, mon espèce aime tant la hiérarchie et les devoirs ? Alors qu'elle construit un paradis sur terre, pourquoi ne puis-je pas aujourd'hui décider d'aller aider a construire un village quelque part, pour le lendemain prendre part a un cours de psychologie, pour le lendemain prendre part a la conception du code d'un programme ?

Nos choix déterminent moins ce que nous sommes que ce que nous faisons, journal.

Et moi, parfois, souvent, j'ai l'impression que je ne fais rien, et j'ai l'envie de ne rien faire.

Pour autant, journal, pourquoi je ne peux pas choisir de la beauté de ce que je veux faire ?

Pourquoi dois-je travailler… pour obtenir un travail ? Payer… pour être payé ?

Mon bénévolat… est castré dans l'œuf cependant, journal. Je ne sais pas si j'aiderais spontanément.

Mes choix déterminent ce que je fais plus que ce que je suis.

Ce que je suis c'est moi qui le détermine, a travers d'autres choix. Et je choisis d'être rien.

Journal, mon journal, pourquoi m'as tu abandonné ?

Klev
Admin

Emploi/Loisirs : Administrateur en torpeur.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les aléas psychologiques d'un étudiant

Message  Yoendel le 16.11.14 17:18

Journal, mon journal, pourquoi m'as tu abandonné ?
Eli, eli, lemma sabbactani ?

Bref. Je n'ai pas de réponse. Ou pas de réponse que je puisse afficher réellement comme étant une réponse...
Parce que je ne crois pas qu'une réponse soit ce que ces questions demandent.

(ce post inutile vous était offert par Yo. ©Yo Inc. 2014 )

_____________________
"On ne voit bien qu'avec le cœur: l'essentiel est invisible pour les yeux." le renard, A de St Exupéry.
"Qu'est-ce que signifie «apprivoiser»? dit le Petit prince.
-C'est une chose trop oubliée, dit le renard. Ca signifie «créer des liens...»"
http://www3.sympatico.ca/gaston.ringuelet/lepetitprince/chapitre21.html
"eux veulent me forcer à parler pour ne rien dire, alors je ne dis rien pour parler."
"Il ne faut pas mettre les gens dans des petites cases ; c'est un signe de confusion mentale, mon chou !" les Chants de la Mallorée
"Point de monde sans hasard... point de hasard sans monde... la boucle est bouclée" Alexandra.
"et si notre monde avait 3 coordonnées temporelles pour une spatiale ?"
avatar
Yoendel

Humeur : variable... dérivable... et même C-infinie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les aléas psychologiques d'un étudiant

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum