Contre sens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Contre sens

Message  Crue Elle le 24.05.14 23:40

I.

Au jour d'aujourd'hui,
je suis perdu. Je me suis perdu moi même. Je suis hypocrite, lâche, banal et bancal. Je n'ai aucunes lois, aucunes règles, aucun codes pour vivre ensemble. J'ai tout perdu. Agnos, je suis. Je suis cet objectif, cet idéal et je le suivrais toujours; in-influençable, entièrement indépendante, entièrement libre... Mais libre de quoi ? D'être folle ou de le paraître aux yeux de tous ? De ressembler à une bête, à une meuf paumé qui sait pas trop ce qu'elle fait là ?... Je suis quoi si je ne suis rien, Anarchy...

J'ai plus d'espoirs alors...
Si mon seul objectif c'est d'être cette idéal anarchiste, j'ai plus d'envies, j'aime pas la Vie... J'aimerais qu'on m'aide, c'est infaisable, je te ferais sombrer avec moi. Que dois-je faire pour que cette existence vide de sens ne me pèse pas, ne dure pas ? Que chaque matin, ma mort soit le lendemain. Que chaque instants soient emplies d'une envie de vivre. D'une envie de vivre que je ne connais pas... J'en demande trop. Je ne vaut pas ce que je n'ai pas.

Et toi ?
Cette personne comme tout le monde ? Ce tout le monde ? Tu vis aussi bien qu'eux ? Ou en pleure parfois ? Toi, au milieux de tout ces toi qui te ressemble... Qui est-tu ? Certes tu EST plus que moi, tu vaut plus que moi, certes. Mais tu vaut rien sans personne... J'dois faire quoi, putin ! Faire quoi pour me sentir bien...

mourir ?...



II.

vivre...

Encore un peu.
Le temps d'avoir assez pour tout rayer, au feutre noir. ineffaçable. Que je puisse souffler sans avoir besoin d'air. Que je puisse finir ce que j'ai mal commencé. J'ai pas de sens, je ne sers à personnes, je ne désir rien, j'ai plus d'amour, d'envies, d'espoir. J'ai eu ce courage. Ce courage d'abandonner. De lâcher prise, de peut être m'en aller. Rien de plus difficile que de revenir...

Désenchantement du monde.
Ce monde enchanté qui n'était que dans mes pensées... Et tu a beau regarder de toutes les façons que tu peux, t'imaginer tout ce que tu veux, réaliser ce que tu imagine... Ça ne sera jamais ce que tu espère, ce en quoi tu t'accroche. Et plus tu pense y croire, plus tes mains glissent sur ton espoir... Vain, ce n'est que vain d'imaginer. Arrêter, arrêter tout ! Les lumières, les fards, le public, les gradins... Arrête moi si tu m'aime. Mais pars, si je n'en vaux pas le soin. Ce sera mieux ainsi, ce sera mieux pour tout le monde, ce s'ra mieux pour personne.

Si simple.
J'ai peur. Peur de décevoir encore et de me décevoir encore. Encore et toujours. De me voir en vous, sale que je suis où chacun de mes gestes me fait vomir, mes mots, mon langage me font vomir. Ma vie me fait gerber tellement elle est mal foutue, tellement faut se battre pour arriver et tellement je n'en ai plus l'audace... Fade, comme ce monde.


III.

Et tout cela n'a aucun sens.
La misère qui s'avance, la colère. Rien, je reste là, sans rien être. C'est tellement simple de t'oublier quand d'autres prennent la place que je t'avais destiné. A tort. Plus aucune dignité, plus aucune peur, plus aucun sentiment. Je vais trahir la personne que je voulais être. Le bien, la norme, la fidélité, la stabilité, sont à jeter loin de moi, pour que je n'ai plus à me mutiler devant tout ce que je n'arriverais jamais à faire et qui par mon manque d'intérêt pour la vie, ne m’intéresse plus. C'est une roche glissante et je préfère me noyer.

L'être que j'aurais aimé être n'est qu'illusion.
Elle me gardait en vie, cette illusion, et retenait la mort à ses chaînes. Je ne peux lui en vouloir. Mais j'ai réussi à la voir, et pourtant j'ai perdu. Réussir n'est pas gagner. Mourir n'est pas perdre. Et la simple idée d'en finir anime encore mes pensées et me fait vivre. C'est déplorable. Drôle aussi. C'est marrant de se dire que parmi tout ce que j'ai fais, la seule chose que je réussi finalement extraordinairement bien, c'est de déprimer intensément sur une vie aussi fade. J'ai pas le droit. Même encore là, j'ai pas le droit, car partir ce serait admettre que ces personnes et leurs paroles avaient raison. Et je foutrais en l'air, le symbole seul de la Mort.


IV.

Asservir une existence,
quand elle n'a aucun sens, c'est savoir pardonner de ne pas comprendre sans se méprendre et s'en aller. J'ai cru un peu trop en chacun. Et si fort que je m'en bousille le corps. Mais je peux encore choisir ce qu'il adviendra demain. Encore. J'ai pas d'espérances, et c'est pas le plus grave. J'ai pas d'importance et je m'en bourre le crâne. C'est l'indifférence qui me fera tenir et mon cœur reste stable sur la balance. J'ai froid. J'ai mal. Mais j'ai compris pourquoi. C'est vivre. Violence intérieur, monde extérieur et obscénités de nature, ne font que l'attiser de la plus froide des brûlures.

Je suis las d'être encore là.
Car j'ai donner mon cœur, et ils se brise entre mes doigts. Volontairement. J'ai pas connu l'ardeur et la grandeur, mais j'en reviens toujours à désirer la fin. Et trop peu même pour en mériter le bien. Même cela.

Je n'ai plus rien à dire. Car mes dires ne valent rien.

_____________________
Je me revois face au grand miroir de ma chambre, contemplant, impassible, le résultat d'un mois de deuil. De deuil. Je me souviens encore de la sensation des vêtements tombant le long de mon corps, arrachant les restes de ma peau, des lambeaux de ma souffrance. Ce sentiment de renaissance physique comme si le mal précédant les plaies n'existait pas. Insensible. Autant que les mots de réconforts. Autant que le silence de mort. Rien ne me touche plus. Simplement le souvenir de tes doigts entre les miens. De tes yeux dans les miens, de ton corps frêle et de tes cheveux...
avatar
Crue Elle

Humeur : D'une Obscure Clarté
Localisation : Un lieu chargé de Vie ou l'on Rêve de Mort

Feuille de personnage
Nom, classe et niveau: Og'Fuz. Inconnu
PA:
0/0  (0/0)
PV:
0/0  (0/0)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre sens

Message  Yoendel le 26.05.14 14:37

...Joli.
Je ne sais pas quoi dire de plus, les mots m'échappent...

...émouvant...

_____________________
"On ne voit bien qu'avec le cœur: l'essentiel est invisible pour les yeux." le renard, A de St Exupéry.
"Qu'est-ce que signifie «apprivoiser»? dit le Petit prince.
-C'est une chose trop oubliée, dit le renard. Ca signifie «créer des liens...»"
http://www3.sympatico.ca/gaston.ringuelet/lepetitprince/chapitre21.html
"eux veulent me forcer à parler pour ne rien dire, alors je ne dis rien pour parler."
"Il ne faut pas mettre les gens dans des petites cases ; c'est un signe de confusion mentale, mon chou !" les Chants de la Mallorée
"Point de monde sans hasard... point de hasard sans monde... la boucle est bouclée" Alexandra.
"et si notre monde avait 3 coordonnées temporelles pour une spatiale ?"
avatar
Yoendel

Humeur : variable... dérivable... et même C-infinie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre sens

Message  Klev le 27.05.14 17:52

C'est assez beau la façon dont tu restitues assez proprement ce que tu dis être.

J'aimerais savoir, mais reste énigmatique si tu veux, ressens-tu vraiment les choses comme ça ?

Contrairement a ce que tu pourrais penser tu ne serais pas la première de mon entourage a avoir une façade joyeuse ou aimable et a en réalité être infiniment triste… cela dit là le contraste est bien marqué.

_____________________
Imagine all I'll learn by setting it free…
…and what doors might open if I try to use it…
…but the magic's what I really want to see.

Klev aimerait bien voir fini le projet archangel afin qu'il puisse être heureux sur GDLP.

Klev
Admin

Emploi/Loisirs : Administrateur en torpeur.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre sens

Message  Bacrima le 03.06.14 0:39

V.

On est pris dans l'élan de vivre, l'habitude s'installe. Embourbé dans la mélasse de notre propre inefficacité. Chaque matin on se lève en se demandant pourquoi.
"Pourquoi me lèverais-je ?"
Et chaque soir la même question résonne.
"À quoi bon ?"

Envie de rien. Envie d'avoir envie. Envie d'une raison pour avancé.
Mais à quoi bon ?

Lorsqu'on ne sourit plus qu'extérieurement. Lorsque seuls les plaisir de la chaire nous réconfortent, mais nous laissent un profond dégoût de nous-même. Lorsque aucune étreinte ne vient consoler notre cœur tant de fois meurtrit.

On ne vit plus, on se laisse vivre, car se laisser mourir demanderais trop d’effort.

_____________________
"Ouvrez-moi une bucolique à perte de vue, le ventre à tout le monde si vous l'aviez vu quand on n'y aurait qu'une petite partie de la société mécanisée."
avatar
Bacrima

Humeur : Une pointe de joie et un soupçon d'amusement
Localisation : Dans ma chambre, rarement ailleur ...
Emploi/Loisirs : Japanimer, ça se dit ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Réponse à Klev

Message  Crue Elle le 18.08.14 0:18

En premier lieu, pardon pour mon retard...

Klev a écrit:J'aimerais savoir, mais reste énigmatique si tu veux, ressens-tu vraiment les choses comme ça ?

Contrairement a ce que tu pourrais penser tu ne serais pas la première de mon entourage a avoir une façade joyeuse ou aimable et a en réalité être infiniment triste… cela dit là le contraste est bien marqué.

Est-ce que je ressens les choses comme ça ? Hé bien, parfois. Enfaite, le temps que je l'écrive. Et puis il s'envole, ce ressenti. Comme si il ne m'appartenait pas totalement...
Je ressens, j'intensifie, j'écris finalement et puis j'oublie, je me relis, et je ressens à nouveau, comme si ce n'était pas de moi. Étrange, non ?

_____________________
Je me revois face au grand miroir de ma chambre, contemplant, impassible, le résultat d'un mois de deuil. De deuil. Je me souviens encore de la sensation des vêtements tombant le long de mon corps, arrachant les restes de ma peau, des lambeaux de ma souffrance. Ce sentiment de renaissance physique comme si le mal précédant les plaies n'existait pas. Insensible. Autant que les mots de réconforts. Autant que le silence de mort. Rien ne me touche plus. Simplement le souvenir de tes doigts entre les miens. De tes yeux dans les miens, de ton corps frêle et de tes cheveux...
avatar
Crue Elle

Humeur : D'une Obscure Clarté
Localisation : Un lieu chargé de Vie ou l'on Rêve de Mort

Feuille de personnage
Nom, classe et niveau: Og'Fuz. Inconnu
PA:
0/0  (0/0)
PV:
0/0  (0/0)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre sens

Message  Klev le 18.08.14 11:45

Je ne sais pas, peut être que c'est ça aussi l'art. *sourit*

_____________________
Imagine all I'll learn by setting it free…
…and what doors might open if I try to use it…
…but the magic's what I really want to see.

Klev aimerait bien voir fini le projet archangel afin qu'il puisse être heureux sur GDLP.

Klev
Admin

Emploi/Loisirs : Administrateur en torpeur.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre sens

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum