Chromos

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: Chromos

Message  Klev le 14.02.14 15:38

Bacrima a écrit:Aurélien ne comprenait pas, il ne voulait pas comprendre. Comment un programme peut-il se lancer juste en disant son nom ? En plus, je n'ai même pas de micro.
Erreur de temps.

Bacrima a écrit:Se bouclier resta ainsi quelques secondes puis rapetissa en se repliant doucement sur lui même.
Ce*

Bacrima a écrit:« Je suis désolée que tu ais été pris dans tout ça. Tu aurais dû te cacher … Sinon, tu vas bien ? Rien de casser ? »
cassé*

Bacrima a écrit:J'ai essayé quelque chose de nouveau : utiliser la frustration comme moteur, mais je ne pensais pas le résultat si décevant.
Mh, je sais pas a quel moment j'ai lu les textes, si tout à déjà été édité et revu, mais en tout cas moi ça me va.
Enfin, vu ce que dit Élorine, tu sauras donc maintenant qu'après avoir créé, dans ton cas, tu devras toujours relire ^^
Je le fais normalement moi même une fois, et quand je créé à partir de la frustration c'est soit dans ma tête, soit sur papier, mais dans ce cas beaucoup plus court que trois textes. Dans ce cas là je fais des récit d'un trait…
Autre chose : je ne supporte pas l'emploi du mot « Décevant » de ta part pour ton œuvre.
Ça n'a rien de décevant comme moi je l'ai lu, ça demandait donc visiblement simplement un travail de relecture, pour moi…

_____________________
Dans la Nébuleuse, tout devient possible. Les rires se joignent aux larmes, l'émotion à l'instant, le temps à l'espace ; tous les fils noués en une toile de maître, surface interactive, simple résultante de l'activité des individus…

Klev
Admin

Emploi/Loisirs : Administrateur en torpeur.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chromos

Message  Bacrima le 25.02.14 7:40

Correction terminée, mise en ligne dans quelques instants Wink

_____________________
"Ouvrez-moi une bucolique à perte de vue, le ventre à tout le monde si vous l'aviez vu quand on n'y aurait qu'une petite partie de la société mécanisée."
avatar
Bacrima

Humeur : Une pointe de joie et un soupçon d'amusement
Localisation : Dans ma chambre, rarement ailleur ...
Emploi/Loisirs : Japanimer, ça se dit ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chromos

Message  Saül le 25.02.14 11:48

J'ai dis Dommage, pas décevant. L'histoire reste là et reste intéressante. Puis pour te rassurer faut dire que je suis particulièrement allergique aux fautes (plus aux fautes de d'orthographe et de syntaxe que les autres je doit dire), elles ont le don de m'éjecter du récit. Ce qui est comme je le disais, dommage.

Ensuite et de manière tout à fait personnelle je pense que la frustration, la joie, la colère ou tout autre sentiment fort (qu'il soit positif ou négatif) peut servir de lanceur à un récit (c'est d'ailleurs bien plus facile de lancer comme ça). Seulement après l'étape de la relecture me parait essentielle (juste parce qu'en on est dedans et qu'on trace on regarde pas vraiment on risque donc de multiplier les fautes d'accord, de temps, les répétitions... ). Pour finir sur le fait que j'y au trouvé un changement de style, si cela se justifie je suis tout à fait prête à l'accepter mais j'avoue qu'au vu de l'état des textes j'en ai douté.

D'ailleurs maintenat je n'ai qu'une chose à dire: La suite! La suite! La suite!

_____________________
Ce n'est JAMAIS "juste un rêve", John Constantine. Ici moins que n'importe où ailleurs...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chromos

Message  Bacrima le 25.02.14 20:59

Vert explicatif

La jeune femme avait conduit Aurélien jusqu'à un village voisin tout aussi blanc que Besançon. Sur le trajet la jeune femme avait répondu à ses questions :
« Aurélien c'est ça ? »
_ « Oui. »
_ « Il y a beaucoup de choses à expliquer, alors je vais essayer de procéder dans l'ordre. Excuse-moi si ce n'est pas très claire. Je n'ai jamais eu d'apprenti. »
_ « Heu, ok. »
_ « D'abord, ici tu dois utiliser un pseudonyme, pas ton vrai nom. Moi je suis Alia, et toi ? »
_ « C'est … Bacrima »
_ « Bien Bacrima, le monde où l'on se trouve se nomme Chromos. Certaines personnes ont la capacité de se rendre dans ce monde grâce à un objet particulier. Cet objet a, la plupart du temps, été offert par un proche, chromossien évidemment. ... »
_ « Chromossien ? » Avait interrompu Aurélien.
_ « Une personne possédant un Objet, et étant capable de venir à Chromos par ses propres moyens. »
_ « Je vois. Donc, on peut faire venir quelqu'un du monde réel ici en lui offrant un objet ? »
_ « C'est un peu plus compliqué que ça … Mais en gros oui. Sauf que tu ne peux avoir qu'un seul disciple. Mais nous en reparlerons plus tard. Le plus important, pour le moment, c'est que tu es en danger de mort. »
_ « J'avais remarqué ... »
_ « Il existe une entité administrative nommée La Commission. Tant que tu n'y es pas inscrit, aucunes de ses règles ne s'appliquent à toi. Et c'est très dangereux. »
_ « Et quelles sont ces règles ? »
_ « Pour simplifier, c'est une sorte de code d'honneur. Respect des zones neutres, interdiction d'attaquer une zone ennemie non-occupée, pénalisation des combats à morts, et plein d'autres choses. C'est pour éviter l'anarchie. »
_ « Ce sont des sortes de policiers ... »
_ « Non, ils ne font par régner l'ordre, ce sont juste des juges. Et lorsqu'ils te condamne, tu peux perdre certaines libertés, ou certains privilèges. Ce sont alors les chromossiens eux-même qui appliqueront la sentence. Tu peux par exemple perdre le droit de n'être attaqué que de jour. »
_ « Je crois que je comprends, c'est un peu tordu comme système non ? »
_ « Oui, mais ça marche. Chacun marche au pas car .. tout les autres le font. » Avait-elle dit en souriant, satisfaite de son image.
« On arrive, c'est ici. »

Elle se gara sur le parking d'un bâtiment blanc ressemblant à tout les autres. Ils descendirent de la voiture et se dirigèrent vers l'entrée.
C'est alors qu'un homme âgé armé d'une poêle sortit en courant du-dit bâtiment. Il se dirigea vers eux et tenta d’asséner un coup à Aurélien. Ce dernier évita la fonte de peu. Alors que l'homme déséquilibré essaya de donner un second coup il fut arrêté net par un ciseau vert.
« Que faites vous monsieur Dupain ? » Demanda Alia.
_ « Il souille une zone neutre !!! »
_ « Comment ça !? »
Elle regarda les pied de Bacima et s'exclama :
« Mais c'est pas possible, que fais-tu !? » Demanda-t-elle au jeune homme.
_ « Rien, je marche. » Se justifia-t-il.
_ « Tu colores cette zone, elle est neutre, tu n'as pas le droit de faire ça ! »
_ « Ha bon, vraiment ? Mais, je ne fais pas exprès. »
_ « Tu vas tout de suite arrêter de faire des traces et effacer celles qui sont déjà faites ! »
_ « Oui, d'accord, mais, heu, comment on fait ? »
Alia soupira.
_ « Excusez-le monsieur Dupain, il est nouveau. »
_ « C'est votre apprenti ? Vous vous êtes enfin décider à en prendre un ? »
_ « Oui, mais il est arrivé seulement aujourd'hui. Il ne sait encore rien du tout, c'est un accident qui ne se reproduira plus. Je suis désolé monsieur Dupain. Il va tout nettoyer, et à la brosse à dent s'il le faut, votre parking sera nickel . »
_ « Inutile d'en faire autant ma chère Alia, mais veillez mieux sur lui, sinon il risque de gros ennuis. » Dit l'homme en lançant un regard mauvais au jeune homme.
_ « Oui monsieur Dupain. »
_ « Bien, dans ce cas, je vous laisse réparer les dégâts. Vous venez l'inscrire c'est ça ? »
_ « Oui, c'est bien ça. »
Elle se dirigea vers le bâtiment et fit signe à Bacrima de resté là où il était.
Elle revint deux minutes plus tard charger de paperasse que Bacrima dû remplir. Elle repartie avec sa signature en 42 exemplaires puis revint quelques minutes plus tard. Alia donna un exemplaire du contrat au jeune homme.

_ « Monsieur Dupain est le directeur de cette branche de la Commission, tu as de la chance que je sois dans ses petits papiers, sinon tu aurais pu mourir. »
_ « Tout le monde s'entre-tue pour un rien ici j'ai l'impression. »
_ « Pas vraiment pour un rien, ils le font pour le pouvoir. D'ailleurs, monsieur Dupain demande 10 âmes en dommage et intérêt pour le compte de la commission. »
_ « Des âmes ? »
Alia souffla encore.
_ « Tu as beaucoup à apprendre, et peu de temps avant de commencer à te faire attaquer. Nous allons commencer par le plus important. Tu vas apprendre à combattre ! »

_____________________
"Ouvrez-moi une bucolique à perte de vue, le ventre à tout le monde si vous l'aviez vu quand on n'y aurait qu'une petite partie de la société mécanisée."
avatar
Bacrima

Humeur : Une pointe de joie et un soupçon d'amusement
Localisation : Dans ma chambre, rarement ailleur ...
Emploi/Loisirs : Japanimer, ça se dit ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chromos

Message  Yoendel le 27.02.14 14:31

Amusant.

J'ai juste un souci de cohérence.

Comment cet Aurélien là est arrivé sur le lieu ? Disons plutôt : QUI l'a INVITE ?

Parce que ce n'est pas Alia, qui ne le connaissait pas d'après ses dires. Elle n'est pas un de ses proches.

Donc le proche qui l'a invité n'est pas venu, et l'a poussé à une mort certaine ?

Alia le prend comme disciple, mais l'inviteur d'Aurel ne l'aurait pas pris comme disciple ?

à moins qu'il n'y ait pas d'inviteur d'Aurel... ?

_____________________
"On ne voit bien qu'avec le cœur: l'essentiel est invisible pour les yeux." le renard, A de St Exupéry.
"Qu'est-ce que signifie «apprivoiser»? dit le Petit prince.
-C'est une chose trop oubliée, dit le renard. Ca signifie «créer des liens...»"
http://www3.sympatico.ca/gaston.ringuelet/lepetitprince/chapitre21.html
"eux veulent me forcer à parler pour ne rien dire, alors je ne dis rien pour parler."
"Il ne faut pas mettre les gens dans des petites cases ; c'est un signe de confusion mentale, mon chou !" les Chants de la Mallorée
"Point de monde sans hasard... point de hasard sans monde... la boucle est bouclée" Alexandra.
"et si notre monde avait 3 coordonnées temporelles pour une spatiale ?"
avatar
Yoendel

Humeur : variable... dérivable... et même C-infinie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chromos

Message  Bacrima le 27.02.14 17:42

Alia a écrit:Cet objet a, la plupart du temps, été offert par un proche, chromossien évidemment. ...

Alia a écrit:Cet objet a, la plupart du temps, été offert par un proche, chromossien évidemment. ...

Alia a écrit:[...]la plupart du temps[...]

 Smile 

S'il n'y avait à chaque fois qu'un invité par personne, il y aurait bien moins de chromossiens ... Smile
Ou plutôt, étant donné la probabilité de survie d'un nouveau, cela fait longtemps que le chromossien capable d'avoir un disciple aurait été tué.
Je ne sais pas si je m'exprime bien ...

_____________________
"Ouvrez-moi une bucolique à perte de vue, le ventre à tout le monde si vous l'aviez vu quand on n'y aurait qu'une petite partie de la société mécanisée."
avatar
Bacrima

Humeur : Une pointe de joie et un soupçon d'amusement
Localisation : Dans ma chambre, rarement ailleur ...
Emploi/Loisirs : Japanimer, ça se dit ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chromos

Message  Bacrima le 23.04.15 13:19

Vert combatif

Deux jours s'étaient écoulés depuis qu'Aurélien, alias Bacrima, était arrivé dans Chromos. Deux jours à se demander si tout ce qui lui arrivait n'était pas une hallucination. Mais surtout, deux jours pour assimiler l'atroce vérité qu'Alia lui avait dévoilée : personne ne sortait de Chromos. Il s'agissait d'un aller simple.
Il était donc bloqué à vie dans ce décor monochrome. Enfin, bichrome maintenant.
Aurélien, ou plutôt Bacrima, se réveilla en sursaut. Il regardait le plafond de son appartement, ce dernier était rouge, du même rouge que toute la pièce. Il venait de rêver du monde réel. L'oublierait-il un jour ?
Plusieurs coups résonnèrent à sa porte. Comme la veille c'était Alia qui venait le lever pour l'entraînement. Bacrima sortit de son lit, étrangement réveillé malgré sa courte nuit, et alla ouvrir.
Alia déboula sans gêne dans le petit deux-pièces en saluant Bacrima d'un "bonjour !" enthousiaste.

Bacrima qui appréciait le calme se retint de grimacer et comme la veille commenca à préparer du café. Il ouvrit le placard et ne put s'empêcher de s'esclaffer :
« Oh bah ça alors !
_ Qu'y a-t-il ? Demanda Alia.
_ Le paquet de café que j'ai entamé hier. Dit-il en le tendant à Alia. Regarde, il est plein !
_ Et alors ?
_ Comment s'est-il rempli en une nuit ? Le temps revient en arrière la nuit ou quoi encore .
_ Ça n'a rien à voir avec le temps grand nigaud, c'est parce qu'il y a eu une synchronisation cette nuit.
_ Et qu'est-ce que c'est ?
_ C'est compliqué, et on n'a pas le temps pour ça, tu dois apprendre à te battre avant de mourir.
_ Oui, bien sûr, être enfermé dans un monde bizarre loin de chez moi et sans espoir de retour n'est pas suffisant, il faut en plus que ce monde soit peuplé de fous sanguinaires ! »

Bacrima se laissa tomber sur sa chaise, l'air désespéré. Compatissante Alia lui dit doucement :
« Tout n'est pas si noir, il y a un espoir, celui de retrouver quelqu'un que tu connais ici, ou d'amener quelqu'un.
_ Pour lui faire vivre le même cauchemar ? Souffla Bacrima. Et toi, pourquoi m'aides-tu ? Tu n'as personne d'autre à emmerder !? »
Alia soupira.
« Si je le pouvais, dit-elle, je te laisserais te débrouiller. Je prendrais même les paris pour savoir combien de jours tu tiendrais. Mais je ne peux pas, j'ai fait une promesse que je dois tenir.
_ Une promesse, ça devient un peu trop mélodramatique pour moi là. En quoi cette promesse me concerne .
_ J'ai eu un apprenti autrefois, mais il n'a pas survécu parce que j'ai fait une grosse bourde ! Alors je me suis promis de me racheter, et tu l'occasion parfaite.
_ Je suppose que je dois me considérer chanceux, ... sur ce point-là uniquement.
_ Tu peux, bon maintenant assez parlé, on a du boulot ! »
Les bleus de la veille et les courbatures se rappelèrent à Bacrima qui protesta qu'il n'avait même pas bu son café mais Alia ne voulait plus rien entendre; parler de sa raison d'aider Bacrima semblait lui avoir fait le plus grand bien. Au désespoir du jeune homme.

***

Bacrima se prit une fois de plus le plat de l'immense lame de plein fouet. Il décolla du sol et fit un vol plané de 3 mètres avant de heurter douloureusement le sol où se mêlaient blanc, rouge grenat et rouge sang. Son corps semblait plus résistant mais Alia n'y allait pas de mainmorte, il était couvert de bleus et pensait même avoir quelques côtes fêlées.
Il revint en boitant vers son assaillante. Cette dernière, toujours en posture d'attaque, désespérait de voir son élève faire si peu de progrès. Il n'arrivait même pas à faire apparaître son arme après deux journées d'entraînements. Une idée désagréable mais nécessaire lui vint en tête, elle baissa son arme et s'approcha du jeune homme :
« Bon, écoute, ce que nous faisons ne sert manifestement à rien et ...
_ Tu veux abandonner, je comprends, je suis un cas désespéré. Dit Bacrima d'un air détaché et blasé laissant entendre qu'il était habitué à ce genre de comportement.
_ ... Non, ce n'est pas ça, c'est juste que ce n'est apparemment pas la bonne manière de faire. Alors c'est fini pour aujourd'hui, mais demain nous irons voir quelqu'un pour nous aider. »
Alors qu'elle s'éloignait en direction de sa demeure Alia entendit quelque chose.
« Comment ?
_ Parce que en plus je dois répéter !? ... je disais ... »

Il était gêné.
« Je disais merci. Voilà quoi, merci pour ... pour tout ce que tu fais. »
Alia sourit.
« Bonsoir Bacrima.
_ Heu, oui, bonsoir, à demain. »
Alia s'éloignait tandis que les ombres s'allongeaient. Bacrima était crevé et décida d'aller se coucher. Avant de dormir il se fit soudain une réflexion très bête : mais au fait, Alia est une femme ! Bacrima était tellement décontenancé par ce qui lui était arrivé qu'il n'avait même pas pensé à être timide, ou à voir Alia comme une femme. Tout cela était ridicule. Vraiment ridicule. Mais cela ne changeait rien à la situation, il était toujours en danger de mort permanent et loin de chez lui.


À venir:
Couleur dominante : Violet
Violet grisonnant

_____________________
"Ouvrez-moi une bucolique à perte de vue, le ventre à tout le monde si vous l'aviez vu quand on n'y aurait qu'une petite partie de la société mécanisée."
avatar
Bacrima

Humeur : Une pointe de joie et un soupçon d'amusement
Localisation : Dans ma chambre, rarement ailleur ...
Emploi/Loisirs : Japanimer, ça se dit ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chromos

Message  Klev le 25.04.15 15:57

Sympa. ^^

Pas superbement écrit mais j'aime ce qui se passe quand ça l'était, et les situations en elles mêmes.

_____________________
Dans la Nébuleuse, tout devient possible. Les rires se joignent aux larmes, l'émotion à l'instant, le temps à l'espace ; tous les fils noués en une toile de maître, surface interactive, simple résultante de l'activité des individus…

Klev
Admin

Emploi/Loisirs : Administrateur en torpeur.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chromos

Message  Bacrima le 29.04.15 18:16

Tu aimes quand ça l'était ... , quand c'était quoi ? Superbement écrit ?
J'ai un peu de mal à te suivre ...

_____________________
"Ouvrez-moi une bucolique à perte de vue, le ventre à tout le monde si vous l'aviez vu quand on n'y aurait qu'une petite partie de la société mécanisée."
avatar
Bacrima

Humeur : Une pointe de joie et un soupçon d'amusement
Localisation : Dans ma chambre, rarement ailleur ...
Emploi/Loisirs : Japanimer, ça se dit ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chromos

Message  Klev le 30.04.15 12:02

Mh, effectivement.

Ce qu'il faut en retenir : quand c'était bien écrit c'était sympa. Quand c'était moins bien écrit c'était sympa aussi.

_____________________
Dans la Nébuleuse, tout devient possible. Les rires se joignent aux larmes, l'émotion à l'instant, le temps à l'espace ; tous les fils noués en une toile de maître, surface interactive, simple résultante de l'activité des individus…

Klev
Admin

Emploi/Loisirs : Administrateur en torpeur.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chromos

Message  Bacrima le 08.05.15 13:22

Est-ce que tu peux être plus précis quand à ce que tu n'as pas aimé ?

_____________________
"Ouvrez-moi une bucolique à perte de vue, le ventre à tout le monde si vous l'aviez vu quand on n'y aurait qu'une petite partie de la société mécanisée."
avatar
Bacrima

Humeur : Une pointe de joie et un soupçon d'amusement
Localisation : Dans ma chambre, rarement ailleur ...
Emploi/Loisirs : Japanimer, ça se dit ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chromos

Message  Klev le 09.05.15 14:24

Que des choses liées a la forme.

_ Peut être remplacé par un tiret long ? Mais c'est un détail…


_ Comment s'est-il rempli en une nuit ? Le temps revient en arrière la nuit ou quoi encore .
La syntaxe de cette phrase. La ponctuation finale me pose problème. Proposition : « Le temps revient en arrière la nuit… ou quoi encore ? »


_ Ça n'a rien à voir avec le temps grand nigaud, c'est parce qu'il y a eu une synchronisation cette nuit.
Tu pourrais ajouter qu'elle l'a dit avec un air exaspéré, par exemple ; ça participait sur le coup a m’immerger un peu moins du texte, ça donnait l'impression de lire une scénette. La scène reste drôle sinon, je ne critique surtout pas le fond. ^^
« Ça n'a rien avoir avec le temps, gros nigaud, répondit-elle tout en le dévisageant avec ses yeux obscurs, lui retournant un regard quelque peu exaspéré. C'est par ce qu'il y a eu une synchronisation cette nuit. »


_ C'est compliqué, et on n'a pas le temps pour ça, tu dois apprendre à te battre avant de mourir.
Celle-ci je la cite juste par ce qu'elle est drôle. *rires*


Tout n'est pas si noir, il y a un espoir, celui de retrouver quelqu'un que tu connais ici, ou d'amener quelqu'un.
Encore un souci de syntaxe pour moi : proposition plus correcte « Tout n'est pas si noir… Il y a un espoir : celui de retrouver quelqu'un que tu connais ici, ou d'amener quelqu'un. »


En quoi cette promesse me concerne .
Manque un point d'interrogation.


mainmorte : main morte


_ Tu veux abandonner, je comprends, je suis un cas désespéré. Dit Bacrima d'un air détaché et blasé laissant entendre qu'il était habitué à ce genre de comportement.
« _ Tu veux abandonner, je comprends, je suis un cas désespéré, soupira Bacrima d'un air détaché et blasé, laissant entendre qu'il était habitué à ce genre de reproches. » (par exemple)


Alors qu'elle s'éloignait en direction de sa demeure Alia entendit quelque chose.
« Comment ?
_ Parce que en plus je dois répéter !? ... je disais ... »
« Alors qu'elle s'éloignait en direction de sa demeure Alia entendit quelque chose.
« Comment ? interrogea-t-elle en se retournant.
_ Parce que en plus je dois répéter !?…, lui répondit un Bacrima rougissant. Je disais ... » »


Avant de dormir il se fit soudain une réflexion très bête : mais au fait, Alia est une femme !
On passe d'une narration centrée sur lui a une narration interne très brutalement. Ça peut se régler en retirant ou modifiant le « en fait ». En plus, on passe du passé au présent. ^^


Alia est une femme ! Bacrima était tellement décontenancé par ce qui lui était arrivé qu'il n'avait même pas pensé à être timide, ou à voir Alia comme une femme
Répétition. Proposition :
« Alia est une femme ! Bacrima était tellement décontenancé par ce qui lui était arrivé qu'il n'avait même pas pensé à être timide, ou à voir Alia comme telle »


Mais cela ne changeait rien à la situation, il était toujours en danger de mort permanent et loin de chez lui.
Une petite virgule entre « permanent » et « et loin de chez lui » ne ferait pas de mal pour le style. ^^


Voilà, encore une fois le fond me convient, en revanche.

_____________________
Dans la Nébuleuse, tout devient possible. Les rires se joignent aux larmes, l'émotion à l'instant, le temps à l'espace ; tous les fils noués en une toile de maître, surface interactive, simple résultante de l'activité des individus…

Klev
Admin

Emploi/Loisirs : Administrateur en torpeur.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chromos

Message  Bacrima le 10.08.15 15:12

Couleur dominante : Violet
Violet grisonnant

Bacrima s'éveilla dans le calme. Le soleil brillait, le vent soufflait, les oiseaux ... n'étaient pas là. C'était étrange, ce calme absolu, comme si Bacrima se trouvait au milieu du désert. Comme si sa vie se résumait désormais à un silence éternel. Il se leva faisant grincer les ressorts de son matelas. C'est fou comme le moindre bruit prend de l'importance lorsqu'il est seul, comme une tache rouge au milieu d'une immense toile blanche. Jamais Bacrima n'avait porté attention à ce bruit, habituellement il était couvert par de nombreux autres : le ronronnement de son ordinateur, le brouhaha extérieur mêlant les voix, les chants d'oiseaux, le vent, les voitures, parfois le four à micro-ondes de son voisin du dessous, les ébats de ses voisins de palier, la télévision, la radio, la douche, les traveaux dans la rue, les pas des gens dans le couloir...

Tout un univers de sons, produits par des personnes ... Des personnes qui n'étaient pas là.
D'un coup Bacrima se sentit à la fois écrasé par la solitude et libéré de ses angoisses agoraphobes. Deux sentiments contraires auxquels vinrent s'ajouter la peur de ce monde inconnu, la peur de finir comme ces corps qu'il a vus être découpé en morceaux, la fascination épouvantée qu'il éprouvait pour Alia ... Une femme forte, indépendante, une meurtrière ...

Finalement, Bacrima décida de se recoucher et de dormir encore un peu, pour voir si comme la nuit, le matin portait conseil.
Il se réveilla de nouveau une heure plus tard, plus calme mais pas moins rassuré, étonné de ne pas avoir été levé par Alia. Il déjeuna et remarqua que le paquet de café entamé la veille n'avait pas bougé. Il se fit la réflexion qu'il n'y avait peut-être pas eu de "synchronisation" comme lui avait dit Alia la veille. Qu'est-ce que cela pouvait bien être ? Se demandait-il.

Alors qu'il était près de 11 heures, Bacrima décida d'allumer son ordinateur, il remarqua alors quelque chose de surprenant, il avait une connexion internet ! Fou de joie il se rendit sur Facebook pour tenter de contacter quelqu'un, malheureusement, personne n'était connecté. Il alla sur des forums de discussions, des chats, il n'y avait personne de connecté, nulle part. Et chose étrange, Bacrima remarqua que parmi tous les messages, les nouvelles, les vidéos, les articles, bref, parmis tout ce qu'il pouvait trouver, il n'y avait rien qui ne date d'après l'avant veille, au soir. Comme si on avait déconnecté tout le monde d'un coup. Étrangement, cela coïncidait avec la "synchronisation" dont Bacrima ne comprenait toujours rien.

Il tenta de laisser un maximum de messages sur tous les forums qu'il pouvait, sur Twitter, Facebook, ... partout. Satisfait il commençait à avoir faim, il n'avait fait que grignoter ces derniers jours, il était l'heure de se faire un vrai repas.

***

Après avoir englouti son assiette, il brancha son DDE rouge sur l'ordinateur. Comme la dernière fois, rien ne se passa. Il redémarra ce dernier qui s'alluma sur un écran rouge, sur lequel l'inscription majuscule "CHROMOS" semblait narguer Bacrima. Après un assez court temps de chargement, le "bureau" s'afficha, Bacrima voyait son appartement celui d'avant, celui qui avait les couleurs normales. Soudain transit par une idée folle il toucha l'écran, essayant de le traverser. Mais rien ne se passa, il ne fut pas de retour dans le monde réel où il aurait pu oublier ce cauchemard. Désespéré il entreprit de lire un peu plus le manuel « la programmation sur CHROMOS pour les nuls ». Tout était si inutilement compliqué dans ce manuel. Et toujours cette phrase mystérieuse : « Citer le nom du programme à exécuter, si les ressources et l'énergie chromique sont suffisantes, alors le programme s'exécutera. »

Il n'y avait sur cette interface aucun exécuteur, aucun menu, aucun panneau de commandes, rien qu'un dossier contenant de soi-disant programmes que l'on ne pouvait pas lancer, un logiciel de programmation au nom complètement nul, "Chrogramation", et ce manuel incompréhensible. C'était à désespérer.
Après une heure d'étude forcée Bacrima parvint au bout du premier chapitre du manuel. Il avait saisi l'essentiel : l'incantation de particule. Il comprenait presque parfaitement le programme "carbone" donné en exemple, Bacrima pensait qu'il était censé instancier en mémoire un cube de charbon de 5 cm de coté. Mais il ne comprenait toujours pas l'intérêt d'un tel programme. Et le programme "épée" n'était pas plus clair.

"À quoi bon !?" S'exclama-t-il.

C'est à ce moment-là que la porte de l'appartement vibra sous l'effet de puissants coups.

« J'arrive Alia ! »

Alors qu'il s'apprêtait à ouvrir la porte celle-ci sauta de ses gonds et fut projeté sur le jeune homme, lui-même emporté par l'élan de la porte, il fut catapulté à travers la fenêtre qui se trouvait derrière lui, lacérant son dos avec de multiples éclats de verre. Avant de chuter de trois étages dans le vide.

Il atterrit lourdement sur le dos, le verre le transperça davantage, la porte l'écrasa avec une seconde de retard accentuant la douleur inimaginable qu'il ressentait ... partout. Il ne réfléchissait plus, il n'était pas mort, il avait mal, donc il vivait. Il n'était que souffrance. De toutes ses forces il poussa la porte qui n'opposa par surprise que peu de résistance. Il roula sur le côté soulageant quelque peu son dos. En bas de l'immeuble, sur le bitume, il entendit quelque chose tombé à ses côtés, qu'était-ce ? Ou qui était-ce ?

Des pas se rapprochèrent. Paniqué, Bacrima tenta de se lever pour fuir, il se retrouva nez à nez avec son agresseur. C'était une femme d'un certain âge à en juger par ses cheveux grisonnant et ses rides d'expression. Elle avait le ton réprobateur et la mine mauvaise. Alors que Bacrima s'apprêtait à faire volte-face il sentit une douleur insoutenable au niveau du ventre et fut de nouveau mis à terre.

Allongé sur le bitume, face contre terre, son sang coulait abondamment de la plaie qu'il avait au ventre. Son agresseur le toisait de haut, avec dans la main un pistolet à eau violet en plastique.

Bacrima toussa, une giclé de sang rougit un peu plus la route.

« Tu es faible. » Déclara la femme qui venait de lui tirer dessus avant de se retourner et de s'éloigner.

« Si seulement je pouvait me défendre. » Pensa Bacrima.« Si au moins j'avais quelque chose ... »

Bacrima sentit alors son DDE se matérialiser dans sa main gauche.

« Si au moins j'avais ... » Pensait-il.« Au moins une ... »

Ses forces l'abandonnait, il allait se laisser aller à la mort, mais un dernier mot, comme mû par la volonté d'un autre, sortit de ses pensés et franchit ses lèvres :
« épée. »

À ce moment l'air vibra, au niveau de la main droite de bacrima l'espace lui-même sembla se tordre. Une lumière intense, un éclaire aveuglant, illumina la scène. Sorti du néant une longue épée rouge sang se matérialisa. Bacrima serra le poing et senti le paumau dans sa main.

Sur le sol le sang semblait refluer, comme s'il était bu par l'arme. Sentant un regain d'énergie phénoménale, le jeune homme se releva. Il se rua en avant mu par une force inconnue. La femme se retourna au dernier moment, parrant le coups de justesse avec son arme.

Elle recula sous le choc puis sourit.

Le combat pouvait enfin commencer.


Dernière édition par Bacrima le 10.08.15 22:19, édité 3 fois (Raison : Corrections)

_____________________
"Ouvrez-moi une bucolique à perte de vue, le ventre à tout le monde si vous l'aviez vu quand on n'y aurait qu'une petite partie de la société mécanisée."
avatar
Bacrima

Humeur : Une pointe de joie et un soupçon d'amusement
Localisation : Dans ma chambre, rarement ailleur ...
Emploi/Loisirs : Japanimer, ça se dit ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chromos

Message  Klev le 10.08.15 16:19

inconnue → -e
claire → -e
ce levé → se lever
rougi → rougit
son DDE se matérialisé → matérialiser

C'est intéressant, tu écris bien la déprime et lassitude du personnage.
La scène du combat est … plus stylée encore, remise dans son contexte. Ton trait d'écriture y énonce les choses avec objectivité, régulièrement,… donnant un ton particulier a la scène.

J'aime bien. ^^

_____________________
Dans la Nébuleuse, tout devient possible. Les rires se joignent aux larmes, l'émotion à l'instant, le temps à l'espace ; tous les fils noués en une toile de maître, surface interactive, simple résultante de l'activité des individus…

Klev
Admin

Emploi/Loisirs : Administrateur en torpeur.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chromos

Message  Bacrima le 10.08.15 22:00

Merci pour les corrections, j'ai utilisé un correcteur automatique mais je n'ai pas pris le temps de me relire, j'étais trop impatient de partager cet écrit.
L'objectivité est une manière de dédramatiser la scène, comme si on dé-zoomait quelques secondes avant de se replonger dans l'action.
Quant à la scène d'action, elle continue dans le prochain chapitre Wink .

_____________________
"Ouvrez-moi une bucolique à perte de vue, le ventre à tout le monde si vous l'aviez vu quand on n'y aurait qu'une petite partie de la société mécanisée."
avatar
Bacrima

Humeur : Une pointe de joie et un soupçon d'amusement
Localisation : Dans ma chambre, rarement ailleur ...
Emploi/Loisirs : Japanimer, ça se dit ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chromos

Message  Klev le 18.08.15 20:42

Bacrima a écrit:
L'objectivité est une manière de dédramatiser la scène, comme si on dé-zoomait quelques secondes avant de se replonger dans l'action.
C'est un peu comme ça que je l'ai ressenti, oui. ^^

_____________________
Dans la Nébuleuse, tout devient possible. Les rires se joignent aux larmes, l'émotion à l'instant, le temps à l'espace ; tous les fils noués en une toile de maître, surface interactive, simple résultante de l'activité des individus…

Klev
Admin

Emploi/Loisirs : Administrateur en torpeur.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chromos

Message  Bacrima le 26.08.15 1:37

Tant mieux Smile

_____________________
"Ouvrez-moi une bucolique à perte de vue, le ventre à tout le monde si vous l'aviez vu quand on n'y aurait qu'une petite partie de la société mécanisée."
avatar
Bacrima

Humeur : Une pointe de joie et un soupçon d'amusement
Localisation : Dans ma chambre, rarement ailleur ...
Emploi/Loisirs : Japanimer, ça se dit ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chromos

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum