Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs

Bio-éthique

Aller en bas

Bio-éthique

Message  Yoendel le 28.09.13 16:37

Voilà. L'on vient de me poser une question à laquelle il m'est des plus ... difficiles, de répondre.

J'en profite donc pour ouvrir une section sur les questions de Bio-éthique.

En d'autre terme, la vie, la mort, en rapport à l'éthique, Les rapports humain et moraux vis-à-vis de la vie et de la mort, l'euthanasie, l'avortement, j'en passe et des meilleurs...
Je pense que vous avez tous déjà moulte fois entendus parler de ces sujets...

D'abord, qu'en pensez-vous en général, de la bioéthique ?

Ensuite, je serais aussi curieux d'échanger sur la question de l'avortement, puisque c'est celle des questions que j'ai le moins entendu en débat... et qui vient de m'être posée.

_____________________
"On ne voit bien qu'avec le cœur: l'essentiel est invisible pour les yeux." le renard, A de St Exupéry.
"Qu'est-ce que signifie «apprivoiser»? dit le Petit prince.
-C'est une chose trop oubliée, dit le renard. Ca signifie «créer des liens...»"
http://www3.sympatico.ca/gaston.ringuelet/lepetitprince/chapitre21.html
"eux veulent me forcer à parler pour ne rien dire, alors je ne dis rien pour parler."
"Il ne faut pas mettre les gens dans des petites cases ; c'est un signe de confusion mentale, mon chou !" les Chants de la Mallorée
"Point de monde sans hasard... point de hasard sans monde... la boucle est bouclée" Alexandra.
"et si notre monde avait 3 coordonnées temporelles pour une spatiale ?"
avatar
Yoendel

Humeur : variable... dérivable... et même C-infinie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bio-éthique

Message  FirePowi le 28.09.13 21:46

*va voir sur Wikipédia*

Oh, ça… Déjà, je n’aime pas les anti-bio-éthique, donc certainement que j’aime la bio-éthique ?
Bon, c’est quoi, si j’ai bien compris, c’est quelque chose qui définie s’il est éthique tout ce qui touche à la science de la vie, la médecine, etc.
Donc si oui ou non l’avortement peut-être réalisé, etc.

Tout d’abord, l’idée d’avortement me déplaît en elle-même, mais. Il est rare que je nuance autant mes propos que face à la question de l’avortement.
Mais cette question est très importante. Tout d’abord, le commencement, je vais dire que si nous ne voulons pas d’enfant, il est Extrêmement important de prendre une solution de contraception, à partir de là, on réduit considérablement la marge. l’avortement ne doit selon-moi pas être pris à la légère comme un moyen de contraception, mais comme une solution de dernier recourt.

Avant de passer à l’avortement, je penses qu’il est important de se poser la question de la nécessité de cet avortement, si la période de pré-avortement peut être dur, sachez que l’avortement est très dur à vivre et la période post-avortement peut être l’étape la plus dur. Une personne proche a du avorter à un moment, je n’ai su qu’après l’avortement ce qui s’était passé, mais voilà, la période post-avortement a été très dur, je ne sais cependant pas comment a été la période de choix, la période pré-avortement ni l’avortement lui-même. Je sais juste que cette personne a été physiquement très faible pendant l’avortement, prétextant une simple chute de tension.

Bref, l’avortement, dur choix à faire, je me demande parfois si l’adoption ne vaut pas mieux étant donné qu’elle permet d’éviter l’avortement et en même temps de construire/agrandir une famille. Pour moi, c’est le meilleur choix à faire, mais n’ayant jamais été à la place d’une personne qui doit faire le choix, je ne peux dire que je ferais ce choix.

Pour la suite, « Mourir en dignité », le suicide assisté, l’euthanasie, etc. Je ne penses pas que la mort puisse être la meilleure solution, seulement, je comprends ceux qui veulent faire cet acte et de toute façon un suicidaire qui a fait son choix serait mieux si il pouvait en parler à une personne spécialisé avant de passer à l’acte dans des conditions plus dignes et plus viable que par exemple les rails d’un train.

Je suis clairement pour le suicide assisté, l’euthanasie, etc. Avec éventuellement une simulation cinématographique de la mort dans laquelle le suicidaire veut mourir. J’insiste, mais c’est mieux que le vrai train — Pourquoi ? Simplement parce que j’ai été dans un de ces trains qui mettent fin aux jours d’une personne. J’y ai été dans ce fameux train, je sais à quel point cela peut être troublant, choquant et bien que j’ai gardé ça sur moi pendant une semaine, je vous le dis là, se dire que le train dans lequel on est a mis fin aux jours d’une personne, ça m’a pas mal retourné.
Alors une mort digne, je suis pour, mais avant, qu’un psy tente même brièvement d’éviter l’irréparable.

_____________________
Spoiler:

-Construire le bien, plutôt que détruire le mal.
-L'amour est plus fort que la haine.
-Une équipe de dix vaut mieux que dix équipe de un.
-Si les vingt-deux joueurs de foot étaient dans la même équipe, ils marqueraient plus de but.
-Tout problème a au moins une solution, mais avant de le résoudre, il faut le comprendre.
avatar
FirePowi

Humeur : Je pleure autant que je ris, à quelque chose près.
Localisation : Physiquement proche de mon PC
Emploi/Loisirs : Sans Emploi, Sans Loi… Ah si.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bio-éthique

Message  Klev le 29.09.13 3:07

Powi a écrit:Bref, l’avortement, dur choix à faire, je me demande parfois si l’adoption ne vaut pas mieux étant donné qu’elle permet d’éviter l’avortement et en même temps de construire/agrandir une famille.
… L'adoption c'est aider un enfant qui à besoin d'une famille… Donc on veut aider et avoir un enfant.
Avorter c'est supprimer une vie potentielle. Ça veut dire qu'on ne veut pas et ne peut pas avoir un enfant.

Bien sûr qu'avorter c'est pire qu'adopter. Adopter c'est un geste d'amour, c'est un geste d'aide.
Avorter, c'est une chose que les femmes/familles doivent faire quand elles n'ont pas le choix.

Adopter c'est choisi.
Avoir un enfant de soi, pas toujours.
C'est là que naît l'utilité de l'avortement. Par ce que parfois tu choisis pas. Et par ce qu'il fut un temps, très long, où les femmes étaient esclaves de leur fonction de reproduction.
L'avortement est né d'un besoin de la femme d'avoir un contrôle. De ne pas devoir porter ce qui est né de l'abus éventuel d'un homme si elles n'en ont pas envie.

Un jour, l'avortement ne sera plus nécessaire. En attendant, les femmes ont bien le droit d'avoir ce choix, d'avoir la possibilité de dire non a leur viol, de ne pas en accepter les conséquences.

Les avortements autres, c'est rien. C'est pour luter contre la perte de contrôle suite à un viol que ça existe.

Et on peut jamais ou rarement prouver qu'on à été violé, et sûrement pas dans les temps suffisants pour avorter de façon juridique. Alors qu'on ne parle pas de jugement pour viol.

Une femme violée, encore aujourd'hui, selon des témoignages de diverses féministes, des gens vont lui dire que c'est de sa faute. Que c'est simplement elle qui a mal fait. Toujours un truc ou plusieurs qu'elle a mal fait. Chaque petit détail compte. Pas pour l'homme. L'homme à le droit de ne pas être maître de ses pulsions, lui.

Voilà pourquoi l'avortement existe.

C'est un meurtre, c'est un poids.

C'est quelque chose de dur à porter.
La religion le voit mal, souvent. Je suis pas certain que ça soit nécessaire que cette dernière en rajoute une couche, sans vouloir me montrer fermé.

Par ce que la femme qui choisit d'avorter, elle choisit pas plus la facilité que la femme qui choisit d'avoir le bébé.

Par ce que la femme qui choisit d'avorter choisi du faire disparaître son enfant potentiel. Le sien. Une vie. La vie qu'elle aurait pu rendre belle.

Qui aurait pu être n'importe quelle vie.

Et je pense pas que quiconque soit en mesure de juger l'avortement à part quelqu'un qui aurait eu besoin de se poser la question du « Dois-je/puis-je avorter ou pas ? ».

Peut on aujourd'hui élever un enfant en plus de soi si on a pas les moyens pour soi ?

Peut on élever (réellement) un enfant sans le vouloir ?

L'avortement tue.

Le viol détruit.

Le viol rabaisse la femme au statut d'esclave de son sexe porteur d'enfants.

Voilà.

L'avortement permet à une femme d'avoir le contrôle de son corps comme un homme, et tue une vie.
L'avortement permet aux femmes d'avoir le contrôle de leurs corps, pour épanouir ce qu'elles sont pour l'humanité.
C'est un petit pas qui augmente ce que les femmes se sentent en droit de penser d'elles.
C'est pas de l'utiliser qui est important. C'est de pouvoir.

On à longtemps dit au femmes de ne pas être allumeuses.
Jamais aux hommes de savoir se contenir.

Ça a toujours été aux femmes de savoir comment se porter pour ne pas en faire trop.
Comme si l'homme n'était pas capable de se résister.
Et l'homme, stupidement, mord à la facilité. Il peut penser, donc, qu'il n'a pas à se résister. Que c'est à la femme de savoir se tenir.

La femme doit s'émanciper.

C'est un gros mal pour un gros bien.

J'aurais voté oui si on me l'avait demandé. Par ce qu'au delà du fait de pouvoir permettre un meurtre, il n'y a pas de raisons pour qu'on ne puisse pas avoir le choix de savoir si on doit assumer de porter un enfant ou pas.

Vous qui craignez l'idée d'avortement, vous savez très bien qu'une personne ne choisit pas cette option a la légère, vu comme vous-même considérez chaque vie comme précieuse.

Le pistolet n'est pas comparable a l'avortement.
L'avortement sert à s'émanciper et est destructeur.
Le pistolet sert à tuer et à défendre. Dans tous les cas c'est un outil dangereux. Il tue alors qu'on pourrait parler calmement. On ne peut pas parler à une grossesse.

C'est ce qu'on appelle être permissif. On laisse le choix. Par ce que quoi qu'il en soit, on fait confiance à l'humain. Confiance pour qu'il sache faire bon usage de son pouvoir sur ses pairs.

Être ainsi permissif, c'est simplement croire en l'humain. Croire qu'il est bon. Et que si on lui laisse le choix, il choisira le vrai moindre mal. Dans le cas de l'avortement, le seul moindre mal est de ne pas avorter, on est d'accord.

En ce cas, plaignez vous au modèle capitaliste qui ferait mourir la mère et l'enfant si ils ne trouvent pas de moyens, par ce que le père, lui, aura fuit.

Ou a la famille, par ce que même avec un père, parfois on ne peut pas.

Si l'avortement est déjà autorisé dans d'autres pays, vous ne faites que le réserver au plus riches, et désœuvrer encore plus les plus pauvres, ceux qui ont vraiment un potentiel besoin d'avoir le choix d'avorter.

Et vous, vous avorteriez, après un viol ?

Et vous, vous avorteriez, si vous aviez un enfant non voulu mais que vous ne pouviez pas le faire vivre correctement ?

Et vous, vous avorteriez si vous aviez de quoi faire vivre l'enfant convenablement mais pas la motivation ?
Je suis sûr que non.

Et les gens qui avorteraient sans raisons… Ne mérite sans doute simplement pas le cadeau de pouvoir transmettre le monde à un autre.
Si vous êtes croyant, soyez certains qu'autre chose les punira pour avoir tué.

En avortant, tout le monde culpabilise. Sinon c'est qu'on s'est pas rendus compte.
Et on s'en rend bien compte un jour. Et on s'en mord les doigts. On à tué. Pour nous.

Portez votre croix.




Powi a écrit:Se dire que le train dans lequel on est a mis fin aux jours d’une personne, ça m’a pas mal retourné.
… Clairement…


Edit : L'heure tardive fait que j'ai pu être rude dans mes propos.
Cela dit, je pense tout ce que j'ai dit ici, mais reste prêt à relativiser et à échanger des points de vues, contrairement à ce que mes nombreux points finaux en laissent penser. Je n'ai fait qu'exposer avec beaucoup d'emphase et de puissance mes arguments. Parfois complexes dans leur structure, donc appuyés avec force. J’espère avoir cependant été compréhensible.

_____________________
Dans la Nébuleuse, tout devient possible. Les rires se joignent aux larmes, l'émotion à l'instant, le temps à l'espace ; tous les fils noués en une toile de maître, surface interactive, simple résultante de l'activité des individus…

Klev
Admin

Emploi/Loisirs : Administrateur en torpeur.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bio-éthique

Message  FirePowi le 29.09.13 8:56

Klev a écrit:
Et vous, vous avorteriez, après un viol ?

Et vous, vous avorteriez, si vous aviez un enfant non voulu mais que vous ne pouviez pas le faire vivre correctement ?

Et vous, vous avorteriez si vous aviez de quoi faire vivre l'enfant convenablement mais pas la motivation ?
1]Je ne sais pas, mais je penses que oui.
2]Je ne sais pas non plus, mais je penses que non, encore une fois, je penses que faire adopter son enfant vaut mieux, mais cela implique une grossesse, l’accouchement et deux mois de délais légal pour que l’enfant puisse être adopté.
3]Non.

_____________________
Spoiler:

-Construire le bien, plutôt que détruire le mal.
-L'amour est plus fort que la haine.
-Une équipe de dix vaut mieux que dix équipe de un.
-Si les vingt-deux joueurs de foot étaient dans la même équipe, ils marqueraient plus de but.
-Tout problème a au moins une solution, mais avant de le résoudre, il faut le comprendre.
avatar
FirePowi

Humeur : Je pleure autant que je ris, à quelque chose près.
Localisation : Physiquement proche de mon PC
Emploi/Loisirs : Sans Emploi, Sans Loi… Ah si.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bio-éthique

Message  Yoendel le 29.09.13 13:01

Oh. Que de réponses intéressantes que voilà !

Bon. En ce qui concerne ma propre réponse, je n'en ai pas de claire et nette.
Pour la question de l'avortement, déjà, j'ai un souci d'ordre fondamental : il y a (au moins) deux vies en jeu. Celle de la (potentiellement pas) future mère, et celle de l'enfant. Après, il peut y avoir celle du père, s'il s'agit d'une situation "douce", c'est à dire pas de viol, ou pas de choses du genre.
Et pour moi, qui dit plusieurs vies en jeu dit choix difficile d'office.
Bien sûr, je parle de vie au sens large, c'est à dire autant de "pronostic vital" pour l'enfant que de "mode de vie", "d'acceptation de la vie" de la part de la mère et du reste de l'entourage.
Choix difficile, donc.

Ensuite, en effet, dans mon esprit vient le souci de la situation.
*mode jeu de rôle, on*
Si j'étais une femme enceinte violée, je crois que je comprendrais mieux le dégout qui me pousserait à l'avortement. La Haine. L'impression d'être si brisée que la vie (ou plutot la mort) d'un enfant ne me perturbera pas plus que je ne le suis déjà. (en tout cas dans l'instant. Après,une culpabilité peut toujours ressurgir. Je sais pas)
MAIS... d'un, je n'en suis pas une. Je suis donc limité.
De deux... il y a le moi actuel.
Ce moi actuel qui a entendu parlé de femmes violées qui, courageusement, ont choisies de garder l'enfant.
Ce moi actuel qui ne peut s'empêcher d'être admiratif envers leurs décision difficile.
Des femmes qui vont devoir un jour donner le fardeau à l'enfant, de la façon la plus douce possible, de la vérité sur leur père. Fardeau qui ne sera compensable que par un témoignage d'amour extrêmement grand. (et encore ?)
Avec cette information gravée en moi, il serait possible, après la période noire, la haine envers l'Homme qui a attenté à ma virginité, et le dégout envers l'enfant qui, pour autant, n'est pas son père, de choisir de le garder.
Mais pour cela, il me faudrait relativiser ... ce qui, dans l'instant... est extrêmement difficile.
C'est un choix que je ne pourrais jamais, je dis bien jamais, imposer à quiconque d'autre que moi.
Cela serait injuste de le faire.
Puisque c'est un choix qui va imposer pour le restant de ma vie une force morale, celle de ne pas tenir rigueur à mon enfant des méfaits de son père, celle de ne pas voir dans ses traits ceux de l'homme qui m'a anéantie.
Une force morale que je doute d'avoir, et dont je suis sûr(e) (n'oublions pas, je suis dans mon rôle/état d'esprit féminin)  que d'autres ne l'ont pas.
Je ne peux donc pas imposer ce choix dans le cas d'un viol.
En revanche, il me parait bon qu'une femme confrontée à ce choix relativise avant de se précipiter sur une solution.
Puisqu'il serait regrettable qu'elle regrette son choix plus tard (quel qu'il soit.).
Je préfère peut-être une femme qui avorte à une femme qui d'office, imposera à son enfant dès la naissance d'avoir quelqu'un qui le hait.
En revanche, je pense que je n'aimerais pas, dans ma conception (non, pas l'immaculée conception) actuelle des choses, avoir à mettre fin à une vie en moi.
Pour autant, de mon point de vue masculin, je dois admettre ne jamais avoir eu ce rapport intime avec la vie que peuvent avoir celles qui découvrent qu'elle ne sont pas qu'une dans leur propre corps.

*modification de l'état d'esprit*
Maintenant, j'essaie de me mettre à la place de celle qui ne désirerait pas l'enfant, sans que cela ne soit le fruit d'un viol.
moi a écrit:En revanche, je pense que je n'aimerais pas, dans ma conception (non, pas l'immaculée conception) actuelle des choses, avoir à mettre fin à une vie en moi.
Pour autant, de mon point de vue masculin, je dois admettre ne jamais avoir eu ce rapport intime avec la vie que peuvent avoir celles qui découvrent qu'elle ne sont pas qu'une dans leur propre corps.
cela ne change pas. ^^
Si c'est une question de manque de moyen financier qui motive l'avortement, je pense que c'est la société qui est mal faite sur ce point.
En revanche, si tel n'est pas le cas...
En ce qui concerne ma personne, le choix est fait. Depuis des années, déjà.
Clairement, non. Je garderais l'enfant. Fus-je seul(e), abandonnée de mon copain/mari/concubin/autre. Que cela soit le fruit d'une non-contraception, ou le fruit d'une contraception inefficace.
Dussé-je me saigner à blanc pour qu'il vive heureux. (paradoxe, puisque je doute que me saigner à blanc, par empathie, le rende heureux)

En revanche, je ne peux toujours pas parler à la place de quelqu'un d'autre.
Tout comme toi, Powi, je connais quelqu'un qui a fait face à l'avortement. Qui l'a accepté. Pour qui, dans le moment, c'était évident. Cette personne m'a avoué regretter son choix d'antan. D'autres ne l'auraient peut-être pas regretté.
C'est un choix qui engage non pas sur le moment, mais à vie. C'est donc, comme tous les choix sans retour en arrière possible, un choix qui peut être facilement regretté... et devenir un fardeau.
Quel que soit le choix. Que cela soit "oui" ou que cela soit "non".

Et c'est un choix que je ne m'estime pas en droit de juger. Bien qu'il soit possible, inconsciemment, que je le fasse.

mh...

Je vais d'abord donner mon avis sur la question de l'euthanasie et le suicide assisté, puis enfin revenir sur vos posts. Si je ne l'ai pas fait, c'est que je tenais, comme la question m'était personnellement posée, à donner MON avis avant d'aller mitiger les avis des autres. :mrgreen: 

Donc, la mort.
Toujours une question difficile, puisque toujours, elle n'engage pas qu'une personne.
La souffrance d'une personne... qui pourrait motiver l'acte d'abréger ses souffrances.
Choix difficile, s'il en est.
Il est clair que, si elle meurt, elle ne sera plus là pour regretter son choix.
Mais d'autres le seront peut-être pour elle... *songeur*
Pour moi, le cas de l'euthanasie pour éviter une souffrance physique incommensurable est acceptable.
Cependant, si c'est juste pour ne pas rester cloué au lit, je trouve ça dommage.
Il est plein de choses que l'on peut faire, cloué au lit. Tant que l'on peut penser et échanger, rien n'est perdu.
Si l'on peut lire, admirer...
Si d'autres personnes sont heureuses de nous voir...

Mais voilà. Mon souci est dans le cas du suicide assisté.
Qu'une personne seule, perdue, demande la mort... veuille se la donner... c'est dommage dans mon esprit mais... c'est compréhensible. Je ne le lui souhaite pas, mais bon. Sa vie n'est pas mienne.Je n'estime pas avoir le droit de régir sa vie.
Cependant, j'ai un problème avec la définition de "personne seule".
Fondamentalement, j'aurais envie de dire que tout le monde est potentiellement seul. et potentiellement pas seul.
En fait, mon souci n'est pas dans l'idée même d'assister le suicide mais dans le suicide lui-même.

Car s'il y a bien une chose à laquelle un suicidaire pense, c'est lui-même.
... comment dire...
J'ai l'impression d'être dur et impitoyable...*rire stupide*

Bon. Je vais donner un exemple. Un seul.
Je vais vous demander non pas de réfléchir uniquement à la souffrance du suicidaire mais à celle que son suicide engendrera. Parce que les suicidaires ne sont pas tous des gens qui tirent une tronche qui nous fait dire pendant 8 mois qu'ils vont en finir.
Les suicidaires peuvent-être des gens souriant, aimables, dont la mort sera un choc pour un entourage qui pouvait être aimable. Ce n'est pas le cas de tous les suicidaires, mais il y en a, et j'en connais même personnellement.

Aussi, voilà mon exemple :
Pensez à votre ressenti, à votre futur, si à l'instant même, mes chers amis (et pour certains plus encore) je vous disais :




sérieux s'abstenir:
...Je... veux... mourir.

Voilà. C'est... toujours à ça que je pense lorsque l'on me parle de suicide. C'est une souffrance... non pas pour une personne... mais pour plusieurs personnes. Que le suicide ai lieu ou non. Qu'il réussisse ou non.

Parce que je ne me vois pas comme un simple individu.
Je me vois comme un individu qui a été (et a) apprivoisé un entourage de proches. J'ai donc non pas des chaines, mais... des responsabilités. Que je suis en droit de ne pas assumer.
Mais qui engagent ma personne.
Un individu avec des petits fils de partout. Que je suis en droit de couper quand je le veux. mais avec les conséquences que cela aura sur ceux qui sont à l'autre bout.
Et c'est une responsabilité qui, dans mon fonctionnement intime, me tient à coeur.
Mon souci étant, lorsque je suis déprimé, que ces petits fils peuvent sembler bien dérisoires. Mais ce n'est pas parce que j'en suis persuadé qu'à l'autre bout, les gens croient aussi que ces petits fils sont dérisoires.



... enfin... bon. Maintenant, fin de la dissert, et début du débat !


Powi a écrit:Avant de passer à l’avortement, je penses qu’il est important de se poser la question de la nécessité de cet avortement, si la période de pré-avortement peut être dur, sachez que l’avortement est très dur à vivre et la période post-avortement peut être l’étape la plus dur. Une personne proche a du avorter à un moment, je n’ai su qu’après l’avortement ce qui s’était passé, mais voilà, la période post-avortement a été très dur, je ne sais cependant pas comment a été la période de choix, la période pré-avortement ni l’avortement lui-même. Je sais juste que cette personne a été physiquement très faible pendant l’avortement, prétextant une simple chute de tension.
Moi aussi, comme dit plus haut, je connais quelqu'un qui fut confrontée à ce choix. Mais cette personne n'a rien eu à prétexter... c'était une période, d'après elle, de sombre solitude, aussi elle n'a pas eu à rendre compte de ses actes à qui que ce soit.

Powi, encore. a écrit:
Bref, l’avortement, dur choix à faire, je me demande parfois si l’adoption ne vaut pas mieux étant donné qu’elle permet d’éviter l’avortement et en même temps de construire/agrandir une famille. Pour moi, c’est le meilleur choix à faire, mais n’ayant jamais été à la place d’une personne qui doit faire le choix, je ne peux dire que je ferais ce choix.
Ma question étant : que faire des 9 mois de grossesse ? Une étudiante, par exemple, cela lui serait ... je ne dirai pas fatal, mais extrêmement contrariant. Sinon je suis assez d'accord...


Powi, toujours. a écrit:Simplement parce que j’ai été dans un de ces trains qui mettent fin aux jours d’une personne. J’y ai été dans ce fameux train, je sais à quel point cela peut être troublant, choquant et bien que j’ai gardé ça sur moi pendant une semaine, je vous le dis là, se dire que le train dans lequel on est a mis fin aux jours d’une personne, ça m’a pas mal retourné.
J'imagine l'idée. Moi, j'ai été pendant un an dans le RER B. Et au vue du nombre de RER que j'ai pris, et du nombre d'incidents voyageurs (qui sont pour une partie des suicides ) qu'il y a en une année, il ne fait nul doute que j'aie mis les pieds dans l'une des machines qui a mis fin aux jours de quelqu'un. Rien que l'idée me paraissait déjà... dérangeante. Alors que je ne saurai jamais quel train a en effet vu mourir quelqu'un ou pas.




Klev a écrit:Bien sûr qu'avorter c'est pire qu'adopter. Adopter c'est un geste d'amour, c'est un geste d'aide.
Ou un geste égoiste. Pas besoin de vouloir aider pour adopter.
Pour donner un exemple hyper-caricatural, je trouve que le cas de Raiponce dans le dessin animé Dysney est pas mal. :mrgreen: 
C'est un cas d'adoption, non ?


Klev, encore. a écrit:Avorter, c'est une chose que les femmes/familles doivent faire quand elles n'ont pas le choix.
Je dirais plutôt lorsque le choix parait être inconcevable avec leur intégrité mentale et sentimentale.
Le choix, je serais tenté de dire que les familles l'ont, d'avorter ou non.
C'est une fois que l'on sait que "garder l'enfant me détruirait" que le choix est fait.

Klev, toujours, a écrit:
Par ce que la femme qui choisit d'avorter, elle choisit pas plus la facilité que la femme qui choisit d'avoir le bébé.
Non, en effet.


Klev, encore et toujours, a écrit:L'avortement tue.

Le viol détruit.
Dis comme ça, je... n'en vois pas un meilleurs que l'autre. Juste que les deux sont, par nature même, presque... pitoyables. au sens ou je ne peux m'empêcher d’éprouver de la pitié dans les deux cas.
En plus, pour moi, la mort est en elle même déjà potentiellement une forme de destruction. Juste que, par ironie du sort, personne n'est là pour en témoigner.

Klev, encore et toujours, a écrit:J'aurais voté oui si on me l'avait demandé.
Et moi, je n'aurais ni voté oui... ni voté non.
Puisque je ne m'estime pas le droit de choisir cela à la place de quiconque.


Et les gens qui avorteraient sans raisons… Ne méritent sans doute simplement pas le cadeau de pouvoir transmettre le monde à un autre.
Je ne pense pas qu'il s'agisse d'un quelconque "mérite".
Enfin bon... passons.



Klev a écrit:Portez votre croix.
*soupire* Ceci est une phrase que ... j'ai entendue de vive voix (avec la seule personne qui m'ait parlé plus d'un quart d'heure hier de vive voix).
Et cela ne concerne pas que l'avortement. *soupire*
Moi aussi, j'ai ma croix à porter.
Premièrement, puisque la mort sera au rendez-vous, un jour.
Qu'il s'agisse de la mienne, ou de celle d'autres. (entre autre, la t... *grincement de dents*)

Porter ... sa croix ... est une chose que l'on a tous à apprendre, tous autant que nous sommes...
Je n'en... dirai...pas plus...

Quant au dernier post de Firepowi, je crois que j'ai déjà... donné ma réponse.

_____________________
"On ne voit bien qu'avec le cœur: l'essentiel est invisible pour les yeux." le renard, A de St Exupéry.
"Qu'est-ce que signifie «apprivoiser»? dit le Petit prince.
-C'est une chose trop oubliée, dit le renard. Ca signifie «créer des liens...»"
http://www3.sympatico.ca/gaston.ringuelet/lepetitprince/chapitre21.html
"eux veulent me forcer à parler pour ne rien dire, alors je ne dis rien pour parler."
"Il ne faut pas mettre les gens dans des petites cases ; c'est un signe de confusion mentale, mon chou !" les Chants de la Mallorée
"Point de monde sans hasard... point de hasard sans monde... la boucle est bouclée" Alexandra.
"et si notre monde avait 3 coordonnées temporelles pour une spatiale ?"
avatar
Yoendel

Humeur : variable... dérivable... et même C-infinie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bio-éthique

Message  Klev le 29.09.13 16:26

Yoendel a écrit:Mon souci étant, lorsque je suis déprimé, que ces petits fils peuvent sembler bien dérisoires. Mais ce n'est pas parce que j'en suis persuadé qu'à l'autre bout, les gens croient aussi que ces petits fils sont dérisoires.
… Tout à fait.

Yoendel a écrit:Ou un geste égoiste. Pas besoin de vouloir aider pour adopter.
Certes, mais c'est toujours plus positif qu'un avortement a priori…

Yoendel a écrit:En plus, pour moi, la mort est en elle même déjà potentiellement une forme de destruction. Juste que, par ironie du sort, personne n'est là pour en témoigner.
Vu l'avis que je défendais, ça pourrait paraître surprenant, mais je ne suis pas certain de pouvoir déterminer clairement ce qui est le pire des deux pour moi. Mais a bien y réfléchir, je dirais la mort. Cela dit, ça c'est mon avis, et c'était pas exactement ce que je cherchais à exprimer…

Yoendel a écrit:Et moi, je n'aurais ni voté oui... ni voté non.
Puisque je ne m'estime pas le droit de choisir cela à la place de quiconque.
Moi non plus. Mais tu ne décides pas. Tu laisses le choix. Je suis du genre à être assez permissif sur ce que je laisserais avoir le droit de faire aux humains… Encore une histoire de confiance.
Tu peux voter oui sans pour autant dire « Avortez ! », tu peux voter oui juste par ce que tu penses qu'en avoir le choix est important pour toi.

Yoendel a écrit:
Klev a écrit:Et les gens qui avorteraient sans raisons… Ne méritent sans doute simplement pas le cadeau de pouvoir transmettre le monde à un autre.
Je ne pense pas qu'il s'agisse d'un quelconque "mérite".
… Ce n'est pas exactement ce que je voulais dire. Cela dit je ne vois pas comment l'expliquer de façon non agressive envers des gens qui tueraient pour rien…
Disons que celui qui tuerait une vie juste parce-qu’il préfère faire ainsi alors qu'il sait pourtant qu'il pourrait élever l'enfant mais en a juste la flemme, lui (ou elle, dans notre contexte), serait un … odieux personnage, à la mentalité potentiellement bien peu valable, et à la notion d'amour étriquée, et là façon de voir les choses potentiellement superficielle. Et je suis pas certain que dans ce cas, un tel parent soit adapté pour s'occuper d'un enfant.
Cela dit, je ne suis rien pour juger qui peut et ne pas s'occuper d'en enfant… J'ai pas d'avis très construit à donner, dira t-on.
C'était ce que je voulais dire. Ça doit être plus clair maintenant.

Yoendel a écrit:Moi aussi, j'ai ma croix à porter.
J'ai employé cette citation sans trop la maîtriser. Du coup je vois pas trop ce que tu veux dire.

Yoendel a écrit:Premièrement, puisque la mort sera au rendez-vous, un jour.
Qu'il s'agisse de la mienne, ou de celle d'autres. (entre autre, la t... *grincement de dents*)
Ce qui compte, ce n'est pas le bonjour, ni l'au-revoir, c'est tout ce qu'il y a entre les deux.
*sourit*

Yoendel a écrit:Porter ... sa croix ... est une chose que l'on a tous à apprendre, tous autant que nous sommes...
Je n'en... dirai...pas plus...
… *sourit*
On en parlera en privé, alors.

_____________________
Dans la Nébuleuse, tout devient possible. Les rires se joignent aux larmes, l'émotion à l'instant, le temps à l'espace ; tous les fils noués en une toile de maître, surface interactive, simple résultante de l'activité des individus…

Klev
Admin

Emploi/Loisirs : Administrateur en torpeur.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bio-éthique

Message  ><( )>< le 30.09.13 13:27

OH MON DIEU !

(je ne crois pas en Dieu, mais si il n'existait pas avant, je l'ai invoqué tellement fort que je l'ai créé).


Tout ça de réponse... Misère.

Yoendel. Aurais-tu pu me prévenir que tu avais posté un sujet de débat public ?
Le genre que, si tu prends en route, tu n'arrives pas à rattraper ?


Bon.
*retourne lire*

Bon. Je vais dire des trucs déjà dits par les autres, ensuite, mais comme ça je répondrai au fur et à mesure.

D'abord, je tiens à féliciter Powi pour cette petite perle:
Powi a écrit:passer à l’acte dans des conditions plus dignes et plus viableS que par exemple les rails d’un train.
:mrgreen:

Ensuite... Bon. Pour l'instant je suis la seule fille dans ce débat, peut-être Saül viendra t'elle ?

J'aimerais dire (ça vaut surtout pour le premier pavé de Klev): ah, les hommes sont utopistes...la maternité, donner la vie, tout ça...
Hmm. C'est sûr que c'est plus simple et plus joli quand on n'a pas à le faire soi-même.

Vous trouvez que l'avortement est une pratique violente ? Assistez à un accouchement.

Klev: pourquoi réserver l'avortement à la seule condition du viol ? L'échec de contraception ça arrive aussi...

Et même en ayant les moyens financiers, ... un enfant non désiré risque d'être beaucoup plus malheureux que si il n'avait pas vécu, simplement parce que l'amertume des parents ronge la sphère familiale. Un enfant à un moment où on n'est pas prêt (très jeune, ou en situation instable pour le couple par exemple), parfois ça finit bien... et souvent ça fait un enfant délaissé/mal pris en charge/mal-aimé.

Je préfère le meurtre, personnellement. au moins je suis seule à en assumer les conséquences.

Ça supprime une vie potentiellement heureuse, oui. Mais... un "tiens" vaut mieux que deux "tu l'auras".

Klev a écrit:Peut on élever (réellement) un enfant sans le vouloir ?
Ben, tu vois ? On est d'accord. *sourit*


Je saute le post de Yoendel, trop de choses à dire, dirai en vrac à la fin .

Klev a écrit:Disons que celui qui tuerait une vie juste parce-qu’il préfère faire ainsi alors qu'il sait pourtant qu'il pourrait élever l'enfant mais en a juste la flemme, lui (ou elle, dans notre contexte), serait un … odieux personnage, à la mentalité potentiellement bien peu valable, et à la notion d'amour étriquée, et là façon de voir les choses potentiellement superficielle. Et je suis pas certain que dans ce cas, un tel parent soit adapté pour s'occuper d'un enfant.
Ben... justement ? Si elle/il n'est pas apte à s'occuper d'un enfant, pourquoi voudrait-elle/il le garder ?
Un peu de logique...

Par curiosité, Klev, Yoendel, Powi. Avez vous déjà vu eu à vous occuper d'un bébé pendant disons, plus de 10 minutes ? Ou juste à...vivre sous le même toit qu'un nourrisson de...moins de 3 mois ?
Si non, petit topo: un bébé fait rarement ses nuits au début. Il a tout le temps faim/soif (toutes les 2h minimum), il fait du bruit, IL EST LAID, et la plupart du temps il sent mauvais. (le bébé aigre. Ou le bébé aigre tartiné de crème, ce qui est pire).
Et bien sûr, on est obligé de centrer la vie de la maison sur la sienne.

Y a tous les inconvénients du chat sans les avantages.
Enfin de toute façon les chats sont des abrutis.

Certains disent que ça va mieux après 6 mois, mais 6 mois, c'est ENORME.

Puis un enfant c'est beaucoup de problèmes. Sérieusement, je veux pas vivre ça.
Donc si je tombe enceinte, quelles que soient les circonstances, si mon corps ne s'en charge pas tout seul, j'avorterai.

Parce qu'au fond je me fous éperdument de me donner bonne conscience si c'est pour me sentir mal et me créer des problèmes ensuite. Je me fous de "tuer" un être vivant qui n'a pas de conscience. Pour moi ce n'est pas un meurtre.



Après, je suis sans doute une femme dénaturée (ils aiment bien ça, en éthique, la Nature), et vous êtes tous des saints.

En vrai, y a aussi autre chose: si je pensais que c'était bien de donner la vie, pour l'enfant, pour le monde, peut-être que je ferais l'effort. Mais...Non. Un enfant c'est un humain de plus. Un de trop. Comme je suis un humain de trop depuis ma naissance.

Je trouve ça répugnant, la façon dont les humains se multiplient.


Vous avez êtes tellement... idéalistes. Tellement naïfs aussi.

Je suppose que c'est votre droit.

Quand j'essaie de croire en l'humain, de me dire qu'il peut sortir quelque chose de bien, de lui, ... il faut que je ferme les yeux. Sinon je vois le monde autour de moi. Je vois les humains. Je me vois moi.


Si la vie de mon prochain a aussi peu d'importance pour le reste du monde... pourquoi en aurait-elle pour moi ? Le monde se fout des perdants. Ils perdent et meurent et c'est comme ça que ça marche. Mieux: c'est POUR ça que ça marche.

Bon. Maintenant je vais vous laisser débattre entre utopistes, et je vais quand-même vous signaler que je suis pour le suicide assisté, et l'euthanasie, et qu'une association suisse pratique déjà le suicide assisté, dans des cas précis. C'est plus propre que le train, en effet. Puis ça n'embête pas les usagers. C'est vrai qu'ils pourraient être mis en retard, c'est grave d'être en retard....

_____________________
"Un jour..." Parole d'Espoir.

"Un jour peut-être". Parole de Probabiliste.

"Les mots ne sont ni innocents, ni transparents". Parole de Franguleuse.

"Peut-on se noyer dans un concept ?" Question de Joral, Apprenti Philosophe.
avatar
><( )><

Humeur : Océanique
Localisation : Dans ma tête

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bio-éthique

Message  Yoendel le 30.09.13 13:46

...mais plus grave d'être en avance.


Bref, je ne m'occuperai pas de ce post maintenant... sauf un détail. ^^

><( a écrit:Par curiosité, Klev, Yoendel, Powi. Avez vous déjà vu eu à vous occuper d'un bébé pendant disons, plus de 10 minutes ? Ou juste à...vivre sous le même toit qu'un nourrisson de...moins de 3 mois ?
Non, en effet. Pas un. J'en ai connu 3. D'ailleurs, l'une est actuellement la copine de Bacrima. Que de hasard, non ? :mrgreen: 

Et même si pour Lucille j'étais trop petit pour m'en occuper, j'ai entendu ses nuits.
Quant aux deux autres, parfois, je m'en suis occupé durant quelques heures, oui. Les surveiller en l'absence des parents ... oh, rien de bien méchant, mais pas non plus le plus agréable.

MAis... je ne vois pas ce qu'il y a de pire entre un bébé qui fait ses dents et un cours de topologie que l'on revoit pour la seconde ou troisième fois...*songeur*
Surtout si durant le-dit cours, je compte utiliser un blanc correcteur qui sent.
(ceci était un exemple du genre #PrivateJoke et en mode sarcastique, pour les intimes. )

_____________________
"On ne voit bien qu'avec le cœur: l'essentiel est invisible pour les yeux." le renard, A de St Exupéry.
"Qu'est-ce que signifie «apprivoiser»? dit le Petit prince.
-C'est une chose trop oubliée, dit le renard. Ca signifie «créer des liens...»"
http://www3.sympatico.ca/gaston.ringuelet/lepetitprince/chapitre21.html
"eux veulent me forcer à parler pour ne rien dire, alors je ne dis rien pour parler."
"Il ne faut pas mettre les gens dans des petites cases ; c'est un signe de confusion mentale, mon chou !" les Chants de la Mallorée
"Point de monde sans hasard... point de hasard sans monde... la boucle est bouclée" Alexandra.
"et si notre monde avait 3 coordonnées temporelles pour une spatiale ?"
avatar
Yoendel

Humeur : variable... dérivable... et même C-infinie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bio-éthique

Message  ><( )>< le 30.09.13 13:48

Disons que... tu peux dessiner et oublier le cours de topologie. en revanche le bruit, c'est plus difficile.

Je pense préférer le cours de topologie même vu 10 fois.

_____________________
"Un jour..." Parole d'Espoir.

"Un jour peut-être". Parole de Probabiliste.

"Les mots ne sont ni innocents, ni transparents". Parole de Franguleuse.

"Peut-on se noyer dans un concept ?" Question de Joral, Apprenti Philosophe.
avatar
><( )><

Humeur : Océanique
Localisation : Dans ma tête

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bio-éthique

Message  Yoendel le 30.09.13 13:51

Eh ben... moi pas.
Je sais qu'un Bébé est loin d'un panda roux, mais on peut jouer avec un Bébé. Un cours de topologie, la troisième fois, on a du mal à jouer avec.

_____________________
"On ne voit bien qu'avec le cœur: l'essentiel est invisible pour les yeux." le renard, A de St Exupéry.
"Qu'est-ce que signifie «apprivoiser»? dit le Petit prince.
-C'est une chose trop oubliée, dit le renard. Ca signifie «créer des liens...»"
http://www3.sympatico.ca/gaston.ringuelet/lepetitprince/chapitre21.html
"eux veulent me forcer à parler pour ne rien dire, alors je ne dis rien pour parler."
"Il ne faut pas mettre les gens dans des petites cases ; c'est un signe de confusion mentale, mon chou !" les Chants de la Mallorée
"Point de monde sans hasard... point de hasard sans monde... la boucle est bouclée" Alexandra.
"et si notre monde avait 3 coordonnées temporelles pour une spatiale ?"
avatar
Yoendel

Humeur : variable... dérivable... et même C-infinie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bio-éthique

Message  ><( )>< le 30.09.13 13:55

Hm, on peut jouer avec un bébé. Mais pas très longtemps, après 3 jours ça commence à sentir.

_____________________
"Un jour..." Parole d'Espoir.

"Un jour peut-être". Parole de Probabiliste.

"Les mots ne sont ni innocents, ni transparents". Parole de Franguleuse.

"Peut-on se noyer dans un concept ?" Question de Joral, Apprenti Philosophe.
avatar
><( )><

Humeur : Océanique
Localisation : Dans ma tête

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bio-éthique

Message  Klev le 30.09.13 14:09

Un nom à rallonge a écrit:Klev: pourquoi réserver l'avortement à la seule condition du viol ? L'échec de contraception ça arrive aussi...
Je ne crois pas avoir dit (enfin, cela dit, avec l'heure et ma propension à faire des phrases puissantes et violentes, ça peut très bien être le cas) que je le réservais à quoi que ce soit… Ce que je veux dire c'est que c'est important qu'on puisse avoir le choix, pour l'émancipation. Les autres raisons sont un peu hors de ma portée…

Un nom à rallonge, le même a écrit:Ben, tu vois ? On est d'accord. *sourit*
Bah oui. *sourit*

Le même nom à rallonge a écrit:Ben... justement ? Si elle/il n'est pas apte à s'occuper d'un enfant, pourquoi voudrait-elle/il le garder ?
Bah dans les faits c'est bien sûr ce qui arrive. Merci de redire ce que j'ai mal dit.

Un nom très long, le même a écrit:Par curiosité, Klev, Yoendel, Powi. Avez vous déjà vu eu à vous occuper d'un bébé pendant disons, plus de 10 minutes ? Ou juste à...vivre sous le même toit qu'un nourrisson de...moins de 3 mois ?
Si non, petit topo: un bébé fait rarement ses nuits au début. Il a tout le temps faim/soif (toutes les 2h minimum), il fait du bruit, IL EST LAID, et la plupart du temps il sent mauvais. (le bébé aigre. Ou le bébé aigre tartiné de crème, ce qui est pire).
Et bien sûr, on est obligé de centrer la vie de la maison sur la sienne.
Dix minutes ? Oui.
Bah, du reste… C'est ton choix, c'est l'important. Moi j'en sais rien, et… j'ai la chance de pas avoir à me poser la question…
Pis j'en sais rien, moi. Si une personne peut avoir une non-vie sur la conscience, c'est tant mieux pour elle… Après tout on tue bien au moins un milliers de fois plus de vaches par vie humaine en Europe, j'imagine… Alors quelle différence.

Un nom a écrit:Je me fous de "tuer" un être vivant qui n'a pas de conscience.
Mais… quand la conscience naît elle ? *regard amusé*

Le même nom a écrit:Après, je suis sans doute une femme dénaturée (ils aiment bien ça, en éthique, la Nature), et vous êtes tous des saints.
… Une femme dénaturée… Je crois que tous les arguments du type contre-nature ne peuvent plus avoir de crédibilité. *rires*



Un nom a écrit:Puis ça n'embête pas les usagers. C'est vrai qu'ils pourraient être mis en retard, c'est grave d'être en retard....

Si je te connaissais pas et savais pas, ce à quoi tu pensais en disant ça, c'est à dire pas particulièrement à nous, j'aurais été foutu de me mettre en colère. Peut être est-ce mon vécu de la mort qui parle.

Les moutons pensent tous que les gens autour d'eux sont des moutons. C'est tout ce que j'aurais à en dire en gardant un certain self-control.

Si il y avait un panneau indicateur du nombre de gens tué sous les rails du train dans lesquels les gens roulent, ils s'en ficheraient moins.

Un nom a écrit:Mais...Non. Un enfant c'est un humain de plus. Un de trop. Comme je suis un humain de trop depuis ma naissance.
Un humain de plus ça peut être le bon.

Ah, la misanthropie… La meilleure méthode pour se dire qu'on ne peut rien faire… N'est-ce pas, Klev.

Un nom a écrit:Je trouve ça répugnant, la façon dont les humains se multiplient.
Moi, ce que je trouve répugnant, c'est la façon dont ils ne réfléchissent pas.

Je suis peut être naïf, idéaliste. Mais j'essayais avant tout de convaincre mon auditoire… Puis-ce que « c'est ma grande passion ! »…
Je donnais mon avis. Je disais ce a quoi pour moi devait servir la permissivité de l'avortement.
Que tu veuilles l'utiliser ainsi, c'est ton droit… C'est pour ça que l'avortement est là, pour émanciper.
Ton avis aide à la réflexion… C'était pas nécessaire pour autant d'en faire un tel pic, si ?

Désolé si je me sens blessé, mais je me sens blessé. Et c'est pas de la susceptibilité, puisque-je me sens blessé pour Powi et Yoendel autant que pour moi…

J'affine mes arguments avec ce que je rencontre. Même si c'est présenté ainsi, mon post n'a rien d'un avis arrêté, c'est ce que j'ai dit.
Et tu balances ton avis comme s'il était incompatible avec les nôtres…

Pire que ça, tu attaque notre point de vue sur l'humanité… Du moins c'est comme ça que je le ressens.

La haine ça sert à rien. La haine c'est pour les enfants immatures (par ce qu'un enfant c'est pas toujours cool.).

Tout le monde pense que tout le monde se fout de tout le monde. C'est bien là le problème.

C'est le recul qui fait ça. C'est la « diabolisation » des situations précaires qui fait ça…

C'est la société qui auto-alimente ça, cette… haine collective, cette peur collective de l'autre.

Et moi, ce qui me dégoutte, me répugne, c'est quand une personne intellectuelle part du principe que les autres sont tous ainsi alors qu'elle à autour d'elle la preuve du contraire.

Les gens peuvent changer.

L'évolution n'est pas que génétique.

Les mentalités actuelles sont souvent fixées par des principes. Les principes évoluent, doucement.

Certains s'en fichent…

Certains s'en fichent par ce qu'ils pensent que tout le monde s'en fiche.


J'ai maintenant fini de répondre stupidement.

_____________________
Dans la Nébuleuse, tout devient possible. Les rires se joignent aux larmes, l'émotion à l'instant, le temps à l'espace ; tous les fils noués en une toile de maître, surface interactive, simple résultante de l'activité des individus…

Klev
Admin

Emploi/Loisirs : Administrateur en torpeur.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bio-éthique

Message  ><( )>< le 30.09.13 16:26

Ah, j'avais pensé que tu m'aurais plus envoyé balader.

Je pense sincèrement tout ce que j'ai dit. Et je ne nie absolument pas que j'étais agressive.

C'est pas "se dire qu'on ne peut rien faire"... C'est savoir que quoi qu'on fasse, ça n'a aucune importance.

J'essaie quand-même, de temps en temps. Voir si la situation évolue. Ben...non.

_____________________
"Un jour..." Parole d'Espoir.

"Un jour peut-être". Parole de Probabiliste.

"Les mots ne sont ni innocents, ni transparents". Parole de Franguleuse.

"Peut-on se noyer dans un concept ?" Question de Joral, Apprenti Philosophe.
avatar
><( )><

Humeur : Océanique
Localisation : Dans ma tête

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bio-éthique

Message  ><( )>< le 30.09.13 16:27

Le sujet dérive.

Vous devriez revenir à la bio-éthique.

Ah. Dans la bio-éthique, y a le statut de l'animal en biologie.

/me jette le sujet en pâture et va s'installer pour regarder.

_____________________
"Un jour..." Parole d'Espoir.

"Un jour peut-être". Parole de Probabiliste.

"Les mots ne sont ni innocents, ni transparents". Parole de Franguleuse.

"Peut-on se noyer dans un concept ?" Question de Joral, Apprenti Philosophe.
avatar
><( )><

Humeur : Océanique
Localisation : Dans ma tête

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bio-éthique

Message  Yoendel le 30.09.13 16:55

Non. Le sujet est la bioéthique en général, mais rien n'exclut une création de sous-section parallèle si le sujet de l'avortement devient un débat sans fin.

Vous trouvez que l'avortement est une pratique violente ? Assistez à un accouchement.
Bah... Je ne donne pas mon avis réellement en parlant de violence, mais j'apporte le témoignage d'une amie qui a connu quelques accouchements et un avortement. Et qui a très bien vécu psychologiquement ses accouchements, et très mal son avortement (qui, soit dit en passant, était celui de son ex-futur-premier enfant).


Je préfère le meurtre, personnellement. au moins je suis seule à en assumer les conséquences.
Tu les assumes, tandis que d'autres les subissent.

La vie de couple est un choix difficile. Mais c'est un choix à deux, d'office. Donc, à moins d'un accord tacite extrêmement difficile, il est possible qu'il y ait deux fois plus de concernés, donc potentiellement plus de chance d'avoir quelqu'un avec du remord. Toi... ou ton conjoint.

Ben... justement ? Si elle/il n'est pas apte à s'occuper d'un enfant, pourquoi voudrait-elle/il le garder ?
Un peu de logique...
Fondamentalement (eh ouais) je ne vois pas grand chose de "logique" à la vie de couple.
Pourquoi la procréation le serait-elle plus ?


Puis un enfant c'est beaucoup de problèmes. Sérieusement, je veux pas vivre ça.
La vie c'est beaucoup de problèmes. L'amitié c'est beaucoup de problèmes.
la vie de couple c'est beaucoup de problèmes.
"Sérieusement, je veux pas vivre ça."

Signé : un renard qui aime fuir.


Après, je suis sans doute une femme dénaturée (ils aiment bien ça, en éthique, la Nature), et vous êtes tous des saints.
Quelle ironie, vraiment.Rolling Eyes 

Vous avez êtes tellement... idéalistes. Tellement naïfs aussi.
Relis-toi, cela n'est pas français.
Et je pense que même un désabusé de la vie a une forme de naïveté.
La prescience n'est donnée à personne complètement, si tant est qu'elle soit donnée. Elle n'est pas plus acquise complètement, si tant est qu'elle le soit.

Bon. Maintenant je vais vous laisser débattre entre utopistes, et je vais quand-même vous signaler que je suis pour le suicide assisté, et l'euthanasie, et qu'une association suisse pratique déjà le suicide assisté, dans des cas précis. C'est plus propre que le train, en effet. Puis ça n'embête pas les usagers. C'est vrai qu'ils pourraient être mis en retard, c'est grave d'être en retard....
L'argument du voisin n'est pas recevable.
Bien sûr, celui du retard est sarcastique.
Question : le pessimisme est-il une utopie ? Le nihilisme aussi ?


à partir de là, c'est Klev qui a écrit:Si il y avait un panneau indicateur du nombre de gens tué sous les rails du train dans lesquels les gens roulent, ils s'en ficheraient moins.
Pourquoi pas ?
On le fait bien sur les routes...

Désolé si je me sens blessé, mais je me sens blessé. Et c'est pas de la susceptibilité, puisque-je me sens blessé pour Powi et Yoendel autant que pour moi…

J'affine mes arguments avec ce que je rencontre. Même si c'est présenté ainsi, mon post n'a rien d'un avis arrêté, c'est ce que j'ai dit.
Et tu balances ton avis comme s'il était incompatible avec les nôtres…

Pire que ça, tu attaque notre point de vue sur l'humanité… Du moins c'est comme ça que je le ressens.
Et moi, en partie, aussi.
Mais bon. Je pourrais me montrer sous un jour cassant, mais *hausse les épaules* quelle utilité. En plus ça plairait à ce côté de ><( qui s'est exprimé là. *sourire amusé*
Donc ni moi ni une partie de moi ne suivront ce chemin.

><( a écrit:Vous devriez revenir à la bio-éthique.
Je te corrige. NOUS devrions. au sens large.

En en plus, je ne sais pas...
*sourire amusé* n'est-ce pas cette capacité à laisser les gens sortir de leurs gonds qui implique que les sujets dérivent ?
Moi, je n'ai pas posté plus tôt parce que plus tôt, on aurait senti dans mon post quelque chose de plus colérique que ce qui ressort des posts de Klev en retour.
(même si tu te contiens, Klev, et ça se sent).

Bref. Pourquoi ne pas laisser le sujet dériver ?
Ou bien...
*sourire* une chose amusante...
Créer un post réglements de comptes ?
*sarcasme, off*


Ah. Dans la bio-éthique, y a le statut de l'animal en biologie.

/me jette le sujet en pâture et va s'installer pour regarder.
/me va s'installer pour regarder et conseille à tout le monde de faire de même, histoire qu'on ait tous l'air stupides.

joli sujet, n'est-ce pas ? :mrgreen:


Dernière édition par Yoendel le 01.10.13 15:09, édité 1 fois

_____________________
"On ne voit bien qu'avec le cœur: l'essentiel est invisible pour les yeux." le renard, A de St Exupéry.
"Qu'est-ce que signifie «apprivoiser»? dit le Petit prince.
-C'est une chose trop oubliée, dit le renard. Ca signifie «créer des liens...»"
http://www3.sympatico.ca/gaston.ringuelet/lepetitprince/chapitre21.html
"eux veulent me forcer à parler pour ne rien dire, alors je ne dis rien pour parler."
"Il ne faut pas mettre les gens dans des petites cases ; c'est un signe de confusion mentale, mon chou !" les Chants de la Mallorée
"Point de monde sans hasard... point de hasard sans monde... la boucle est bouclée" Alexandra.
"et si notre monde avait 3 coordonnées temporelles pour une spatiale ?"
avatar
Yoendel

Humeur : variable... dérivable... et même C-infinie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bio-éthique

Message  ><( )>< le 30.09.13 17:05

Anoki a écrit:La vie c'est beaucoup de problèmes. L'amitié c'est beaucoup de problèmes.
la vie de couple c'est beaucoup de problèmes.
"Sérieusement, je veux pas vivre ça."
Ouais. On m'a pas demandé pour la vie.

Pour les amis et le couple... je peux toujours décider de me détacher. Pour l'instant j'en tire quand-même plus d'avantages que le contraire. Alors bon.

Puis pour le couple, c'est quand même un peu compliqué d'oublier ses sentiments. N'est-ce pas.

_____________________
"Un jour..." Parole d'Espoir.

"Un jour peut-être". Parole de Probabiliste.

"Les mots ne sont ni innocents, ni transparents". Parole de Franguleuse.

"Peut-on se noyer dans un concept ?" Question de Joral, Apprenti Philosophe.
avatar
><( )><

Humeur : Océanique
Localisation : Dans ma tête

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bio-éthique

Message  ><( )>< le 30.09.13 17:09

Pour la Suisse: c'était pas l'argument du voisin.

Powi parlait de mettre à disposition. J'indique que ça existe déjà, c'est tout.

_____________________
"Un jour..." Parole d'Espoir.

"Un jour peut-être". Parole de Probabiliste.

"Les mots ne sont ni innocents, ni transparents". Parole de Franguleuse.

"Peut-on se noyer dans un concept ?" Question de Joral, Apprenti Philosophe.
avatar
><( )><

Humeur : Océanique
Localisation : Dans ma tête

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bio-éthique

Message  Klev le 30.09.13 17:12

Yoendel a écrit: ex-futur-premier enfant
… Rien compris. *rires*

Yoendel a écrit:L'argument du voisin n'est pas recevable.
Mh ? De qui de quoi ?

On le fait bien sur les routes... → Pas en instantané. Pas avec un « Bip. Une personne vient de mourir sur les rails de votre train. Là, maintenant. La RATP s'excuse pour la panne de climatisation. »

Yoendel, en parlant de [Insert subject name here] a écrit:Je te corrige. NOUS devrions. au sens large.
Je plussoie. Tu fais partie de débat…

Yoendel a écrit:(même si tu te contiens, Klev, et ça se sent)
… *rit* Pas tant que ça. Je retiens ma vanne intérieure, mais finalement j'ai pas eu besoin de retenir mes mots. Mais oui. Ça m'étonne pas que ça se sente…

Yoendel a écrit:Créer un post réglements de comptes ?
Bah, en fait, pour ma part, j'ai déjà dit tout ce que j'avais à dire, et en y arrivant sans violence ! *rit* Du coup, … des règlements de compte c'est pas une option intéressante pour moi.

Yoendel a écrit:joli sujet, n'est-ce pas ? :mrgreen:
Eh bien oui ? Nonobstant la tension passée, tout va bien, non ? *sourit*

Nous pouvons reprendre puisque le dérapage à été maîtrisé.

_____________________
Dans la Nébuleuse, tout devient possible. Les rires se joignent aux larmes, l'émotion à l'instant, le temps à l'espace ; tous les fils noués en une toile de maître, surface interactive, simple résultante de l'activité des individus…

Klev
Admin

Emploi/Loisirs : Administrateur en torpeur.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bio-éthique

Message  Yoendel le 30.09.13 17:18

*hausse un sourcil* et c'est légal en temps que français d'aller en Suisse ? J'ai de sérieux doutes, là... vais demander à ma tante. Infirmière chef en dans un hôpital Suisse, ce serait bien le diable qu'elle ne soit pas au courant des aspects légaux ou non.


><( a écrit:
Anoki a écrit:La vie c'est beaucoup de problèmes. L'amitié c'est beaucoup de problèmes.
la vie de couple c'est beaucoup de problèmes.
"Sérieusement, je veux pas vivre ça."
Ouais. On m'a pas demandé pour la vie.

Pour les amis et le couple... je peux toujours décider de me détacher. Pour l'instant j'en tire quand-même plus d'avantages que le contraire. Alors bon.

Puis pour le couple, c'est quand même un peu compliqué d'oublier ses sentiments. N'est-ce pas.
Pour les amis et le couple, il n'y a pas qu'un CHOIX à mon avis. Il y a plus. Cela peut même (mais est-ce alors un choix ou même de l'amour ou de l'amitié) être une forme de dépendance.
Pour l'avortement, je pourrais de même dire que c'est un peu compliqué d'oublier qu'il y a une notion de mort derrière. N'est-ce pas ?


Klev a écrit:
Yoendel a écrit: ex-futur-premier enfant
… Rien compris. *rires*
Bah... celui qui aurait été son premier enfant s'il n'avait pas été ...euh... éjecté ?- dans l'avortement.

Klev a écrit:

Yoendel a écrit:joli sujet, n'est-ce pas ? :mrgreen:
Eh bien oui ? Nonobstant la tension passée, tout va bien, non ? *sourit*

Nous pouvons reprendre puisque le dérapage à été maîtrisé.
Je parlais du sujet sur les animaux lancé par ><( qui souhaite juste le regarder... ^^

_____________________
"On ne voit bien qu'avec le cœur: l'essentiel est invisible pour les yeux." le renard, A de St Exupéry.
"Qu'est-ce que signifie «apprivoiser»? dit le Petit prince.
-C'est une chose trop oubliée, dit le renard. Ca signifie «créer des liens...»"
http://www3.sympatico.ca/gaston.ringuelet/lepetitprince/chapitre21.html
"eux veulent me forcer à parler pour ne rien dire, alors je ne dis rien pour parler."
"Il ne faut pas mettre les gens dans des petites cases ; c'est un signe de confusion mentale, mon chou !" les Chants de la Mallorée
"Point de monde sans hasard... point de hasard sans monde... la boucle est bouclée" Alexandra.
"et si notre monde avait 3 coordonnées temporelles pour une spatiale ?"
avatar
Yoendel

Humeur : variable... dérivable... et même C-infinie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bio-éthique

Message  Klev le 15.10.13 17:59

Bon, puisque personne n'a développé, j'exprime mon incompréhension.

Un nom a écrit:Ah. Dans la bio-éthique, y a le statut de l'animal en biologie.
Qu'entends-t-on par « Le statut de l'animal en biologie ? »
J'aimerais qu'on m'éclaire en fait sur le sens que doit prendre cette réflexion… Par ce que là, dit comme ça, j'ai rien de clair à déduire, comme questionnement.

_____________________
Dans la Nébuleuse, tout devient possible. Les rires se joignent aux larmes, l'émotion à l'instant, le temps à l'espace ; tous les fils noués en une toile de maître, surface interactive, simple résultante de l'activité des individus…

Klev
Admin

Emploi/Loisirs : Administrateur en torpeur.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bio-éthique

Message  Yoendel le 15.10.13 19:25

Comment dire... moi je vois plein de questions derrière ces mots.

Entre autre :

1) Pourquoi interdire la recherche sur les corps humains et pas sur des animaux ?
2) A-t-on le droit d'utiliser des souris, crapeaux, etc... à des seules fins de recherches, pour leur faire subir ces vivisections et autres exprériences qui nous font frémir lorsqu'on les imagine sur un corps humain (pensez au point godwin qui se cache là)?
3) On parle de végétarisme, mais l'utilisation de l'animal en sciences est-il "normal", même si les buts qu'elle se donne de "sauver des vies humaines" sont louables ?
4) de quel droit tuer des animaux pour éviter la mort des hommes ?
5) L'animal est-il juste un cobaie ? l'Humain non ? où est la limite ?

Bien sûr, on peut étendre ces réflexions qui parlent de limite entre le droit humain et le droit animal (respect des son corps, ici présent) à des réflexions de limite entre l'embryon et l'humain, ou l'humain et le mort.
De quel droit tuer des embryons ? + autres questions du genre...

De même, on peut étendre le débat aux végétaux.
ça parait évident (enfin, je crois) à tous de remettre en question des animaux génétiquement modifiés.
De hurler sur ce qu'on leur fait subir.
Personne ne pense aux plantes. Sauf pour dire "elles sont pas bonnes pour notre organisme, si ce sont des OGM !"
On en parle toujours de façon... égocentrique.

_____________________
"On ne voit bien qu'avec le cœur: l'essentiel est invisible pour les yeux." le renard, A de St Exupéry.
"Qu'est-ce que signifie «apprivoiser»? dit le Petit prince.
-C'est une chose trop oubliée, dit le renard. Ca signifie «créer des liens...»"
http://www3.sympatico.ca/gaston.ringuelet/lepetitprince/chapitre21.html
"eux veulent me forcer à parler pour ne rien dire, alors je ne dis rien pour parler."
"Il ne faut pas mettre les gens dans des petites cases ; c'est un signe de confusion mentale, mon chou !" les Chants de la Mallorée
"Point de monde sans hasard... point de hasard sans monde... la boucle est bouclée" Alexandra.
"et si notre monde avait 3 coordonnées temporelles pour une spatiale ?"
avatar
Yoendel

Humeur : variable... dérivable... et même C-infinie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bio-éthique

Message  Klev le 15.10.13 20:58

Non. Pas d'utilisation animales. J'ai posté un truc sur Facebook à ce sujet, d'un utilisateur de Twitter, dernièrement.

Ces horreurs comme tu dis je les transpose directement sur un humain en pensant a « Ne faites pas aux autres ce que vous ne voulez pas qu'on vous fasse », les autres n'ayant pas particulièrement besoin d'être humain pour que le raisonnement s'applique…

Yoendel a écrit:De même, on peut étendre le débat aux végétaux.
ça parait évident (enfin, je crois) à tous de remettre en question des animaux génétiquement modifiés.
De hurler sur ce qu'on leur fait subir.
Personne ne pense aux plantes. Sauf pour dire "elles sont pas bonnes pour notre organisme, si ce sont des OGM !"
On en parle toujours de façon... égocentrique.
Je vois pas en quoi un OGM animal est pire qu'un OGM végétal, moi.
Je vois pas ce qu'on fait subir à ces animaux… Puisque a priori, on est pas censé faire d'expériences dessus, et j’espère pour eux que les scientifiques ne testent pas sans savoir des combinaisons plus ou moins valables. Si c'est le cas, alors oui, c'est horrible.
Et dans le cas de la plante, il faut leur pardonner ; la différence n'aide pas à voir quelque chose de proche de soi et à se mettre à sa place…

Moi même j'avoue avoir du mal avec cette idée.

_____________________
Dans la Nébuleuse, tout devient possible. Les rires se joignent aux larmes, l'émotion à l'instant, le temps à l'espace ; tous les fils noués en une toile de maître, surface interactive, simple résultante de l'activité des individus…

Klev
Admin

Emploi/Loisirs : Administrateur en torpeur.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bio-éthique

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum