Puisqu'on parle d'éthique...

Aller en bas

Puisqu'on parle d'éthique...

Message  Yoendel le 21.05.13 23:23

"Elle se donne pour but d'indiquer comment les êtres humains doivent se comporter, agir et être, entre eux et envers ce qui les entoure." Wikipédia


-Un ami ou membre de votre famille se trompe, jusqu'où irez vous pour le convaincre ? Quand s'arrêter, et dans ce cas... que faire ?

- pour vous, quel est le comportement """idéal""" entre les individus (au sein de la famille et des amis, si vous voulez vraiment distinguer) ?

Je crois que c'est ...déjà ça. Smile

_____________________
"On ne voit bien qu'avec le cœur: l'essentiel est invisible pour les yeux." le renard, A de St Exupéry.
"Qu'est-ce que signifie «apprivoiser»? dit le Petit prince.
-C'est une chose trop oubliée, dit le renard. Ca signifie «créer des liens...»"
http://www3.sympatico.ca/gaston.ringuelet/lepetitprince/chapitre21.html
"eux veulent me forcer à parler pour ne rien dire, alors je ne dis rien pour parler."
"Il ne faut pas mettre les gens dans des petites cases ; c'est un signe de confusion mentale, mon chou !" les Chants de la Mallorée
"Point de monde sans hasard... point de hasard sans monde... la boucle est bouclée" Alexandra.
"et si notre monde avait 3 coordonnées temporelles pour une spatiale ?"
avatar
Yoendel

Humeur : variable... dérivable... et même C-infinie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Puisqu'on parle d'éthique...

Message  Saül le 23.05.13 23:57

Le droit de se tromper est le fondement même de la liberté

Le comportement idéal? A mon sens il n'y en a pas. A vouloir plaire à tous, on deviens personne. Aussi ne puis-je parler qu'à mon sens. Etre soi. Car, "avant tout on est-soi même" m'a dit un jour quelqu'un. Rester droit envers soi, et profondément honnête. Je sais ce que cela implique du moment ou l'on considère (et c'est le cas à mon sens) que le "comportement social" fais partie de ce que l'on est. après, faire ses choix c'est important mais moins que de les assumer. Et d'assumer de se tromper aussi.

_____________________
Ce n'est JAMAIS "juste un rêve", John Constantine. Ici moins que n'importe où ailleurs...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Puisqu'on parle d'éthique...

Message  Yoendel le 24.05.13 0:07

*rire*

Je vois pointer un sujet que j'ai relu il y a peu...
L'identité de l'individu à travers l'attache sociale ou au contraire à travers son isolement... Meko ? :mrgreen: ça te dit quelque chose ?

Certes, à vouloir plaire à tous, on devient personne. *rire*
Mais... à vouloir être soi, on peu ne pas se plaire à soi-même, j'ai l'impression.
Même en "devenant" quelqu'un.

Le droit de se tromper est le fondement même de la liberté.
Et le droit de persister dans son erreur aussi ? ^^
Je demande, parce que là... ce droit ou non à l'erreur risque de me pourrir la vie familiale encore un bon bout de temps, je pense. Smile
*sourire* merci en tout cas. ca m'aide bien.

_____________________
"On ne voit bien qu'avec le cœur: l'essentiel est invisible pour les yeux." le renard, A de St Exupéry.
"Qu'est-ce que signifie «apprivoiser»? dit le Petit prince.
-C'est une chose trop oubliée, dit le renard. Ca signifie «créer des liens...»"
http://www3.sympatico.ca/gaston.ringuelet/lepetitprince/chapitre21.html
"eux veulent me forcer à parler pour ne rien dire, alors je ne dis rien pour parler."
"Il ne faut pas mettre les gens dans des petites cases ; c'est un signe de confusion mentale, mon chou !" les Chants de la Mallorée
"Point de monde sans hasard... point de hasard sans monde... la boucle est bouclée" Alexandra.
"et si notre monde avait 3 coordonnées temporelles pour une spatiale ?"
avatar
Yoendel

Humeur : variable... dérivable... et même C-infinie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Puisqu'on parle d'éthique...

Message  Saül le 24.05.13 0:12

owi! t'as le droit de cumuler les erreurs, c'est pas contreindiqué.
J'ai jamais dit qu'être soi était plaisant. Parceque lorsqu'"on est soi, il faut TOUT accepter. Notre idéalisation en prends un foutu coup. Mais d'un autre côté... Bref, c'est savoir. Au sens le plus élévé du terme. Se savoir. S'accepter, aussi peu parfait que l'on soit. Dur dur

_____________________
Ce n'est JAMAIS "juste un rêve", John Constantine. Ici moins que n'importe où ailleurs...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Puisqu'on parle d'éthique...

Message  Klev le 28.05.13 1:44

Encore un sujet qui s'était checké tout seul…
C'en est au point que j'ai pas vu un sujet non checké depuis deux semaines.

Bref.

-Un ami ou membre de votre famille se trompe, jusqu'où irez vous pour le convaincre ? Quand s'arrêter, et dans ce cas... que faire ? → En pratique… J'ai montré peu de patience sur le sujet avec la personne que j'avais à convaincre.
En théorie, j'imagine que montrer que des gens qui ne se trompent pas ne sont pas dans l'erreur est la solution.

J'ai déjà dit avoir eu un ami (on s'est un peu perdus de vue longtemps après) aux tendances Néo-Nazies durant son adolescence. Pour autant, je n'ai pas jugé son orientation comme une erreur, et c'est sans doute mon écoute et mon ouverture sur le sujet qui à du lui faire comprendre que sa haine ne servait pas.

Puisque le sujet est l'amour…

L'écoute, la patience, l'ouverture… Encore et toujours, même si nos idées sont contraires, sont idéalement la bonne solution.

L'argumentation si un avis est demandé…

Et du reste, je ne suis pas un maître, n'ai eu qu'un (ou deux cas) à gérer, et prône depuis plus de brutalité. Cependant, il faut bien que je me l'avoue, cette brutalité n'est pas si efficace que la patience et l'écoute.


- pour vous, quel est le comportement """idéal""" entre les individus (au sein de la famille et des amis, si vous voulez vraiment distinguer) ? → Je crois avoir déjà répondu. Patience et écoute, et argumentation si demandée.

Un propos sans argumentation ressemble toujours trop à de l’extrémisme pour être compris.
Dans le pire des cas, on se base sur des principes. Or, il faut savoir viviséquer aussi ses propres principes, si l'ont veut les transmettre à quelqu'un qui est en âge de réfléchir. Savoir comment les défendre, ça ne suffit pas. Il faut savoir sur quoi est basé le principe.

Et souvent, les humains ont des convictions trop ancrées pour reconnaître que leurs principes sont tout à fait relatifs.

Qui ici n'a pas des principes qu'il n'a jamais étudié profondément ?

J'en suis à croire en certains principes, dont je ne vérifierai pas la stabilité, par ce qu'elle est invérifiable. Je ne saurais pas dire lesquels sur le coup, mais cette phrase n'est pas donnée purement au hasard, j'ai déjà eu des débuts de réflexion sur ce qui fait de moi un « idéaliste » qui « veut vivre dans un monde rose » comme dirait l'autre.

Libre en chacun de croire en ce qu'il veut.

Mais il est bon de toujours savoir relativiser s'il le faut. Oublie de relativiser mène à des fermetures qui sont pourtant évitables.
Moi même je devrais relativiser plus souvent.

Si l'on à l'impression de faire du mal avec ses principes, alors mon seul conseil serait de relativiser. De trouver ce qui est vrai. De voir entre ses convictions et celle de l'autre laquelle ferait le moins de dégâts.

Mais relativisons… Je me trompe peut être aussi. Après tout, c'est un de mes conseils. *rit*


Edit : Ne me refaites pas le coup de ne plus poster dans les sujets juste après ma participation ! *rires*

(Bon, pis je vais dormir, j'ai toutes les bonnes raisons du monde d'être prêt pour quatorze heures, moi.)


Dernière édition par Klev le 28.05.13 1:49, édité 1 fois (Raison : Un petit edit à la fin.)

_____________________
Dans la Nébuleuse, tout devient possible. Les rires se joignent aux larmes, l'émotion à l'instant, le temps à l'espace ; tous les fils noués en une toile de maître, surface interactive, simple résultante de l'activité des individus…

Klev
Admin

Emploi/Loisirs : Administrateur en torpeur.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Puisqu'on parle d'éthique...

Message  ><( )>< le 28.05.13 10:10

(je me hais, fausse manip. J'ai perdu ma réponse. Tant pis, on recommence.)

Un ami ou membre de votre famille se trompe, jusqu'où irez vous pour le convaincre ? Quand s'arrêter, et dans ce cas... que faire ?

Hmm. Ca dépend du domaine de l'erreur.
Si l'erreur concerne une donnée objective, je pense que je peux aller loin pour montrer à l'autre la vérité. Jusqu'à un cours complet si c'est dans mon domaine de compétence, avec les tenants et les aboutissants. Sinon, faire appel à un expert dans le domaine considéré. ... En vérifiant au préalable que "l'erreur" n'est pas dans mon camp...

Si c'est avec une opinion que je ne suis pas d'accord, je vais commencer par vouloir comprendre. Puis j'engagerai la conversation/le débat, en écoutant attentivement les réponses.
Parfois, c'est moi qui change d'avis...

- pour vous, quel est le comportement """idéal""" entre les individus (au sein de la famille et des amis, si vous voulez vraiment distinguer) ?

MON idéal...serait le respect. Le respect profond je veux dire. Pas une pseudo-tolérance policée ou un je-m'en-foutisme...
L'amour aussi, mais parfois ce n'est pas possible...

Enfin... Je comprends le point de vue de Saül, et ta question me semble mal posée, Yoendel. Si je puis me permettre.
Quand tu dis "comportement idéal", je pense "comportement provoqué"...Le comportement, c'est extérieur...
Et c'est hypocrite d'"agir comme"...
Le comportement idéal en ce sens, c'est celui qui est cohérent avec tes convictions profondes... Du coup, pour le sens de ta question, je parlerais d'attitude, plutôt que de comportement.

Ne pas se forcer à être autre, je crois, est un bon début. Respecter les autres. Se respecter, soi-même. Et assumer, oui, assumer. Parce qu'on ne peut pas avoir un rapport sain avec les autres si on n'est pas au clair avec soi-même.

Je vois pointer un sujet que j'ai relu il y a peu...
L'identité de l'individu à travers l'attache sociale ou au contraire à travers son isolement...

Oui, en effet...
Meko ? :mrgreen: ça te dit quelque chose ?

QUI est Meko ? :mrgreen:
Je vais supposer que ça s'adresse à moi, vu que ça me dit effectivement quelque chose...
On en avait discuté ensemble, ou tu as revu le truc sur Facebook ?


KLEV:
je ne suis pas un maître, n'ai eu qu'un (ou deux cas) à gérer, et prône depuis plus de brutalité. Cependant, il faut bien que je me l'avoue, cette brutalité n'est pas si efficace que la patience et l'écoute.

Pourquoi prônes tu la brutalité ? :curiosité:

Un propos sans argumentation ressemble toujours trop à de l’extrémisme pour être compris.
+1.

Pour ce qui est de relativiser...

Hmm. C'est question de juste milieu. Quand je m'y mets, ma conclusion est invariablement nihiliste. C'est...pas très encourageant pour quelqu'un qui essaie de redémarrer.

Question de viabilité (pour les autres hein, pas pour moi), je préfère donc avoir des idéaux/principes, même (et surtout) illogiques et infondés... ça donne l'impression de vivre pour quelque chose, faute de mieux.



Cette histoire d'idéal...
Si je prends un peu de recul, je me dis que c'est surtout question d'échelle et de référentiel.
Idéal pour l'individu ? Pour la société ? (Pour quel modèle de société ? Idéal de société ?) Pour l'humanité ? Pour l'ensemble de la faune ? Pour la flore ? Pour la planète toute entière ? ...

En vrai, un idéal n'existe pas. Et n'est même pas représentable. C'est ça qui fait qu'il est idéal.
Donc dire "mon idéal de TRUC est BLEUHBLEUHTEUH", c'est déjà se fourvoyer. Enfin je pense.

Après... je suis peut-être en train de fournir, non l'idéal de l'idéal, mais MON idéal de l'idéal ? En ce cas, cf point précédent....(auto-référence)....ou pas. En ce cas, je ne sais pas.


_____________________
"Un jour..." Parole d'Espoir.

"Un jour peut-être". Parole de Probabiliste.

"Les mots ne sont ni innocents, ni transparents". Parole de Franguleuse.

"Peut-on se noyer dans un concept ?" Question de Joral, Apprenti Philosophe.
avatar
><( )><

Humeur : Océanique
Localisation : Dans ma tête

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Puisqu'on parle d'éthique...

Message  Saül le 28.05.13 10:13

"N'acceptez pas que l'on fixe..." vous connaissez la suite.
ben je pense que c'est aussi applicable de soi pour soi et de soi pour les autres. N’acceptez pas de fixer.

_____________________
Ce n'est JAMAIS "juste un rêve", John Constantine. Ici moins que n'importe où ailleurs...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Puisqu'on parle d'éthique...

Message  Klev le 28.05.13 11:29

'Saül a écrit:"N'acceptez pas que l'on fixe..." vous connaissez la suite.
ben je pense que c'est aussi applicable de soi pour soi et de soi pour les autres. N’acceptez pas de fixer.
Eh bien, même si je peux avoir quelques idées sur ce que tu veux dire, je t'avoue que je préférerais que tu développe un peu plus *sourit*

Ne serait-ce que pour les gens qui n'ont pas mon sens de déduction et qui ne connaissent pas la référence, comme par ce que l'idée à l'air intéressante (donc si tu as quelque chose à ajouter, ça peut bien alimenter.)

_____________________
Dans la Nébuleuse, tout devient possible. Les rires se joignent aux larmes, l'émotion à l'instant, le temps à l'espace ; tous les fils noués en une toile de maître, surface interactive, simple résultante de l'activité des individus…

Klev
Admin

Emploi/Loisirs : Administrateur en torpeur.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Puisqu'on parle d'éthique...

Message  ><( )>< le 28.05.13 13:59

La référence, tu finiras par l'avoir. Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil

Après...je sais pas si Saül acceptera de spoiler...Mais ne compte pas sur moi pour le faire.

_____________________
"Un jour..." Parole d'Espoir.

"Un jour peut-être". Parole de Probabiliste.

"Les mots ne sont ni innocents, ni transparents". Parole de Franguleuse.

"Peut-on se noyer dans un concept ?" Question de Joral, Apprenti Philosophe.
avatar
><( )><

Humeur : Océanique
Localisation : Dans ma tête

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Puisqu'on parle d'éthique...

Message  Saül le 28.05.13 14:46

oui. Je peux citer le paragraphe entier, comme je te l'avait fait, Klev. Ça ne spoil rien. mais bon, au cas où...

Spoiler:
¿' s'est levé pour jouer de cromorne. Il entame une mélodie agitée puis l'allège et l'harmonise, se rassoit, semble rentrer en lui-même et pose tranquillement son instrument, en nous dévisageant gravement. Lorsqu'il reprends la parole, son ton est simple et direct.
- N'acceptez pas que l'on fixe ni qui vous êtes ni ou rester. Ma couche est à l'air libre je choisis mon vin, mes lèvres sont ma vigne. Soyez complice du crime de vivre et fuyez! Sans rien fuir, avec vos armes de jet et la main large, prête à s'unir, sobre à punir. Mêlez-vous à qui ne vous regarde, car lointaine est parfois la couleur qui fera votre blason.
Il marque une ultime pause, ses yeux rivés dans les nôtres comme s'il y cherchait un écho impossible, une fraternité de résonance qu'aucun de nous ne peux lui offrir, là où il la rêve -ou l'attends. Il se lève, en faisant claquer rythmiquement les syllabes, et il achève:
-Le cosmos est mon campement.
Cependant, malgré vos présomptions quand à l'oeuvre d'origine de ce texte, je n'en donnerais pas la source. Vous finirez bien par la trouver seuls pour ceux d'entre vous qui ne la connaissent pas.


Dernière édition par Saül le 28.05.13 15:02, édité 1 fois (Raison : j'le connait tellement par cœur que je vois même plus les fautes de frappe^^')

_____________________
Ce n'est JAMAIS "juste un rêve", John Constantine. Ici moins que n'importe où ailleurs...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Puisqu'on parle d'éthique...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum